Immobilier : la Normandie attire les citadins à fort pouvoir d’achat

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Immobilier : la Normandie attire les citadins à fort pouvoir d’achat
France 3
Article rédigé par
S.Aramon, G.Marque, C.Beauvalet - France 3
France Télévisions

Le marché de l’immobilier est bousculé par la pandémie de Covid-19. En Normandie, les châteaux et manoirs en vente se vendent beaucoup plus facilement qu’avant. 

À Tourgéville (Calvados), Béatrice et Denis, un couple d’architectes, s’offrent un nouveau départ en terre normande. "On a quitté Paris, pas complètement définitivement puisqu’on continue à y travailler deux jours par semaine, mais on a tout transféré de Paris à la Normandie pour pouvoir profiter du cadre de vie", explique Béatrice. La vente de l’appartement du couple finance en totalité l’achat de leur nouvelle maison, ainsi que les travaux. "On se déplace facilement, on se gare partout, on travaille beaucoup avec internet, ici on est en rase campagne on a la fibre", énumère Denis. 

Retour en grâce des belles demeures rurales 

La vague déferle sur la Normandie, un refuge idéal pour des urbains malmenés par les restrictions sanitaires. Ce sont souvent des actifs avec un pouvoir d’achat conséquent. Depuis un an, le rythme s’est accéléré dans les agences. "La recherche est assez simple : authenticité, charme et environnement préservé", explique Cyril Maupas, de l’agence Deauville Sotheby’s International, spécialisée dans les biens d’exception.

C’est ainsi le retour en grâce des belles demeures rurales. "Ce qui pour nous a été intéressant, c’est d’avoir vu arriver une génération [de] quarantenaires qui rentraient dans un credo où ils étaient très soucieux de trouver un lieu de vie qui à la fois s’inscrive parfaitement dans l’architecture normande, (...) aussi avec une âme", ajoute Cyril Maupas. L’effet Covid a dopé les ventes d'environ 40%, sans faire gonfler les prix pour le moment. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Immobilier

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.