Paris : près de 600 personnes sans abri déplacées vers des gymnases après avoir installé leurs tentes sur la place des Vosges

"Les sans-abri vont être renvoyés vers deux gymnases et le Paris Event Center", une halle d'exposition de La Villette transformée en structure d'accueil d'urgence, a expliqué Léa Filoche, adjointe à la maire de Paris.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des personnes sans-abri attendent d'être relogées, à Paris, le 30 juillet (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

La mairie de Paris réagit. Les opérations de mise à l'abri des quelque 600 personnes sans domicile rassemblés place des Vosges, pour protester contre leur conditions"ont commencé" vers deux gymnases et un hall d'exposition, a annoncé, vendredi 30 juillet, à l'AFP Léa Filoche, adjointe à la maire de Paris chargée des solidarités, renvoyant vers l'Etat la responsabilité de trouver une "solution pérenne" de logement.

"Les sans-abri vont être renvoyés vers deux gymnases et le Paris Event Center", une halle d'exposition de La Villette transformée en structure d'accueil d'urgence, a expliqué l'élue. Un diagnostic social doit par ailleurs être établi par l'association France terre d'asile auprès des 350 familles dont plus de 120 enfants aussi présents depuis jeudi sur la place des Vosges à Paris.

Une solution d'urgence

"On est encore une fois dans une situation d'urgence", se désole l'adjointe à la maire PS de Paris, Anne Hidalgo. "L'Etat doit trouver des solutions dignes d'hébergement, c'est son travail", a-t-elle expliqué. Au total, "autour de 600 personnes", selon les chiffres communiqués par la mairie, dont "des primo-arrivants, des gens légalement présents sur le territoire, globalement un public en grande précarité", étaient présentes jeudi soir. Des petit-déjeuners ont été distribués vendredi matin par les services municipaux. Cette opération était organisée par le "Collectif Réquisitions", qui demande à l'Etat "des solutions d'hébergement dignes et pérennes".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mal-logement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.