Paris : 12% des sans-abri sont des femmes, "une augmentation très importante"

Dominique Versini, ajointe chargée des solidarité à la mairie de Paris, souligne ce mardi sur franceinfo la nette augmentation du nombre de femmes sans-abri dans la capitale, alors qu'un rapport a été publié lundi. 

Le nombre de femmes sans-abri à Paris connaît une augmentation très importante, selon un rapport publié le 22 octobre 2018.
Le nombre de femmes sans-abri à Paris connaît une augmentation très importante, selon un rapport publié le 22 octobre 2018. (VINCENT LESAGE / MAXPPP)

Le nombre de femmes sans-abri à Paris connaît "une augmentation très importante", indique mardi 23 octobre sur franceinfo, Dominique Versini, adjointe chargée des solidarités et de la lutte contre l'exclusion à la mairie de Paris. Elle réagit à la publication par l'Atelier parisien d'urbanisme des données recueillies en février dernier lors de la "Nuit de la solidarité". Plus de 3 000 personnes à la rue avaient alors été recensées à Paris.

Des lieux d'accueil pour les femmes sans-abri bientôt créés

Dominique Versini précise que 12% des sans-abri sont des femmes, alors qu'elles représentaient 2% des personnes à la rue il y a quelques années dans la capitale. C'est pour cela que la Mairie de Paris va "développer des haltes et des lieux d'accueil pour les femmes cet hiver". "Il va y avoir des bains-douches spécifiquement réservés aux femmes, et qui seront gérés par le Samu social, dans le 12e arrondissement. Il va y avoir deux haltes pour les femmes, une à l'Hôtel de Ville, et l'autre dans le 13e arrondissement", détaille l'adjointe.

"Il y a des femmes victimes de violences conjugales, des jeunes femmes, des femmes enceintes, des femmes migrantes", et ces femmes "demandent rarement à être mises à l'abri". Dominique Versini ajoute qu'elles "ont souvent très peur d'aller dans les centres mixtes, dans les bains-douches mixtes, parce qu'elles ont souvent subi des viols, des traumatismes."

Beaucoup de changements dans la population sans-abri à Paris

Elle note que la population sans-abri a beaucoup changé. "Il y a 20 ans, quand on a créé le Samu social de Paris, il y avait beaucoup de clochards", aujourd'hui, "il y a des jeunes, il y a des femmes, il y a des migrants, il y a des réfugiés, il y a des familles avec des enfants".

Par ailleurs, l'étude des données recueillies lors de la "Nuit de la solidarité" montre "qu'il y a des territoires dans Paris". Dominique Versini en donne le détail : "dans le nord et dans l'est on voit les jeunes, ceux qui sont là depuis moins de trois mois. Souvent ils dorment sous des tentes. Beaucoup sont des migrants ou des jeunes réfugiés. Il y a des quartiers de Paris où il y a des personnes plus âgées, qui n'appellent jamais le 115, et qui sont plutôt dans les 15e, 16e, 17e arrondissements".