Logements sociaux : un modèle menacé par le privé

Les logements sociaux ont du mal à se renouveler et les enveloppes attribuées au secteur diminuent d'année en année.

FRANCE 3

Les logements sociaux représentent un quart des 430 000 mises en chantier annuelles. C'est à la fin du XIXe siècle qu'apparaissent les premiers appartements pour ouvriers, mais c'est au lendemain de la Seconde Guerre mondiale qu'ils se développent dans l'urgence. "Aidez-nous en souscrivant généreusement", lançait Maurice Lemaire, ministre de la Reconstruction et du Logement en mars 1954. À l'époque, le gouvernement veut résorber l'habitat insalubre et éradiquer les bidonvilles qui entourent la capitale. Dans ces nouveaux immeubles, tout le confort moderne est disponible : salle de bain, eau courante, cuisine et électricité.

Les tours se multiplient dans les années 1960

Dans les années 1960, les tours poussent comme des champignons pour loger toujours plus de monde. Mais trente ans plus tard, certaines cités sont à l'abandon, délaissées et délabrées. Un vaste plan de rénovation urbaine est alors lancé. Aujourd'hui, ce modèle est menacé par un désengagement de l'État qui laisse la place au privé. Le parc HLM représente 4,5 millions logements et 10 millions de locataires en France. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Une barre HLM de la cité des Bosquets à Montfermeil (Seine-Saint-Denis), dans le département le plus pauvre de France. 
Une barre HLM de la cité des Bosquets à Montfermeil (Seine-Saint-Denis), dans le département le plus pauvre de France.  (ERIC FEFERBERG / AFP)