INFO FRANCEINFO. Habitat à Marseille : ces millions que la ville aurait pu utiliser

Nouveau rebondissement dans l’affaire des logements dégradés à Marseille. La ville pouvait faire des travaux d’urgence à la place des propriétaires indélicats. Elle avait un budget dédié qu’elle n’a quasiment pas utilisé.

CELLULE INVESTIGATION DE RADIO FRANCE

Contrairement à ce qu’affirme le maire, Jean-Claude Gaudin, depuis le drame de la rue d’Aubagne qui a fait huit morts, la ville de Marseille avait les moyens de faire des travaux dans des logements insalubres. Mais elle ne les a pas utilisés.

Pour lutter contre les logements dégradés qui mettent en danger leurs occupants, une ville peut se substituer aux propriétaires défaillants. Elle effectue des travaux d’urgence appelés "travaux d’office". À Marseille, cette procédure n’a que rarement été utilisée : cinq fois en 2014, et "une dizaine de fois en deux ans" selon un agent de la ville. "La mairie pourrait faire des travaux d’office. Mais c’est lourd, ça prend du temps, confie-t-il, des sanglots dans la voix. C’est comme les poursuites judiciaires. Ce sont des dossiers très compliqués à monter juridiquement, car il faut justifier de la mauvaise foi des propriétaires. Le problème, c’est qu’on n’est pas formés pour ça et qu’avant le drame de la rue d’Aubagne, on n’avait pas de juriste dédié à ça."  

Deux millions d'euros à peine consommés

Pourtant, nous avons découvert qu’en 2014, la mairie a débloqué deux millions d’euros pour une durée de quatre ans, pour des activités de conseils techniques et juridiques sur ces travaux d'urgence. Il s’agissait alors d’un marché public, dont l’appel d’offres précise que l’objectif est "d’aider à l’application de procédures coercitives en accompagnant les services de la ville de Marseille dans le suivi des dossiers". Un budget était donc bien prévu pour pallier les carences des propriétaires indélicats.

Extraits du marché public de prestations intellectuelles n°14/ET/EHI émis par la ville de Marseille le 25 avril 2014. 
Extraits du marché public de prestations intellectuelles n°14/ET/EHI émis par la ville de Marseille le 25 avril 2014.  (DR)

Sauf que sur ces deux millions d’euros, seule une infime partie a été consommée fin 2018, date de fin du marché public. "J’ai rencontré des opérateurs qui ont été mandatés pour la mairie de Marseille pour intervenir sur ces travaux d’office, mais 'ils n’ont pratiquement jamais été sollicités par les services de la ville', confirme Emmanuel Patris, ex urbaniste à la Soleam, la société d’aménagement de la ville de Marseille. Ils n’ont utilisé qu’environ 15 % du marché public, alors qu’une enveloppe a été attribuée dès le départ pour intervenir." Un autre budget dédié à la réalisation des travaux aurait lui aussi été très peu utilisé.

Contactée, la mairie n’a pas souhaité répondre à nos questions.

Vue sur la rue d\'Aubagne, à proximité du 65. La partie de la rue où les immeubles se sont effondrés est accessible aux riverains seulement. Des agents de sécurité surveillent l\'accès à cette partie de la rue qui est bouclée, le 8 janvier.
Vue sur la rue d'Aubagne, à proximité du 65. La partie de la rue où les immeubles se sont effondrés est accessible aux riverains seulement. Des agents de sécurité surveillent l'accès à cette partie de la rue qui est bouclée, le 8 janvier. (ALEXANDRE BARLOT / FRANCE-INFO)