Cet article date de plus de trois ans.

Distribuer des radios aux sans-abri, ça leur permet « de rompre avec l’isolement »

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Brut : radio sdf (2)
Article rédigé par
France Télévisions

Avant Noël, l’association Les Enfants du Canal distribue des radios aux sans-abri. L’objectif est de leur permettre de « garder un lien avec la société ».

 

« Ce n’est pas parce qu’on est à la rue qu’on est coupé du monde ! » Clément Étienne est un travailleur social au sein de l’association Les Enfants du Canal. Depuis 6 ans, plusieurs associations distribuent, avant Noël, des radios aux personnes sans-abri. Plus de 2 000 en sont distribuées dans une quarantaine de villes françaises.

« Les radios, ça ne fait pas sortir de la rue les gens »

« Dans la rue, on est très isolé et la radio ça permet de garder le lien avec la société » explique Christophe Louis, directeur de l’association Les Enfants du Canal. Nana, à la rue depuis 7 ans, confirme : « J’aime bien les informations, j’achète beaucoup de magazines, j’écoute la radio, je m’informe de tout pour savoir ce qu’il se passe, et pour pouvoir réagir aussi. »

Christophe Louis souligne également la praticité de la radio : « Ça se transporte partout et on peut l’écouter n’importe où. » Celles que son association distribue, « à la différence d’un téléphone ou d’un smartphone, il n’y a pas besoin d’abonnement ni de recharger en permanence sur une prise électrique. »

Même si « les radios ça ne fait pas sortir de la rue les gens », estime Clément Étienne, l’objectif est tout autre. D’une part, « pour les personnes ça leur permet de rompre l’isolement, surtout à cette période des fêtes qui est anxiogène pour ceux qui sont tout seuls ». Et d’autre part, « nous, ça nous permet de mettre un coup de projecteur, s’il en fallait encore un, sur la situation des personnes en très grande précarité. » À Paris, environ 2 500 personnes dorment à la rue. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mal-logement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.