Ces locataires qui refusent de lâcher leur HLM

Selon un rapport de la Cour des comptes, beaucoup de locataires d'HLM pourraient libérer leur logement mais refusent de le faire. L'enquête de France 2 sur une situation délicate.

France 2

Un rapport de la Cour des comptes pointe les abus de certains locataires d'HLM. Ces abus pourraient se résumer dans la formule "J'y suis, j'y reste". Dans certains cas, il s'agit de locataires touchant des salaires confortables et qui ne veulent pas partir. Comme ce couple de retraités qui occupe un HLM depuis 39 ans et qui pourrait vivre ailleurs, fort de ses 67 000 euros par an. Anonymement, l'épouse déclare à France 2 : "On a 70 ans, on n'a pas envie de partir. On a jamais eu envie de partir. (...) Je n'ai aucun état d'âme".

Des règles plus strictes ?

Parfois, la question ne se pose pas côté salaire mais côté surface de logement. Cherifa s'est installée il y a 35 ans dans un HLM avec son mari et leurs deux enfants. Aujourd'hui, ses enfants sont partis, et ils sont deux pour 65m2. Mais pas question de partir : ils sont attachés à leur logement.

Tout ceci est peut-immoral, mais en aucun cas illégal. Ces exemples participent à l'asphyxie du parc HLM : sur les quatre millions de logements sociaux, seuls 400 000 sont remis en location chaque année, pour 1,7 million de demandes. La Cour des comptes préconise des règles plus strictes.

 

Le JT
Les autres sujets du JT
Des HLM à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), le 13 septembre 2013.
Des HLM à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), le 13 septembre 2013. (MIGUEL MEDINA / AFP)