"Il faut réussir à éviter la contagion" de la crise grecque en Europe et "le plan grec a été dimensionné aussi" pour ça

Dans une interview au Parisien de mercredi, le directeur général du FMI souligne qu'"il y a toujours des risques" de contagion et qu'"il faut cependant que chacun reste extrêmement vigilant".Pour Dominique Strauss-Kahn, "le Portugal (...) est déjà en train de prendre des mesures" et "les autres pays sont dans une situation beaucoup plus solide".

Dominique Strauss-Kahn (14 janvier 2010).
Dominique Strauss-Kahn (14 janvier 2010). (AFP PHOTO - Jewel SAMAD)

Dans une interview au Parisien de mercredi, le directeur général du FMI souligne qu'"il y a toujours des risques" de contagion et qu'"il faut cependant que chacun reste extrêmement vigilant".

Pour Dominique Strauss-Kahn, "le Portugal (...) est déjà en train de prendre des mesures" et "les autres pays sont dans une situation beaucoup plus solide".

Il considère ainsi qu'"il n'y a pas de risque réel pour la France, ni pour l'Allemagne ou les grands pays européens".

Le directeur général du Fonds monétaire international affirme encore que le plan d'aide à la Grèce "a un objectif: sauver la Grèce", confrontée à "deux problèmes: une dette trop forte et une compétitivité trop faible".

Dans ce contexte, le FMI a insisté sur trois points, explique Dominique Strauss-Kahn: "Etaler jusqu'en 2013-2014" la réduction du déficit de la Grèce de plus de 13% à 3%, "mettre la Grèce à l'abri de la spéculation pendant 18 mois" en engageant des sommes "beaucoup plus considérables que ce qui était prévu initialement". Et enfin, "veiller à ce que l'on protège les plus vulnérables", les petits salaires et petites retraites.

Dominique Strauss-Kahn déclare d'autre part qu'il "comprend tout à fait la colère de la population grecque, son incompréhension devant l'ampleur de la catastrophe économique": "Je mesure les sacrifices qui sont nécessaires", poursuit-il, ajoutant que l'Europe et le FMI sont là "pour les aider" et que s'ils ne le faisaient pas, la situation serait infiniment plus dramatique".

Le directeur général du FMI rappelle que le plan fera l'objet d'un suivi tous les trois mois et que si les mesures prévues n'ont pas été prises, la communauté internationale "pourrait être amenée à se retirer". "Mais on n'en est pas là du tout", ajoute-t-il. Il estime toutefois que le taux auquel les Européens prêtent à la Grèce "aurait dû être égal à celui du FMI, qui est plus faible de plus d'un demi-point (...) Je pense qu'on aurait pu faire un effort plus grand car moins on prête cher, mieux on aide les Grecs", dit-il.