Cet article date de plus de six ans.

Hollande à Davos : assécher le financement du terrorisme

Au cours d'un déplacement inédit à Davos pour un président français socialiste, François Hollande a appelé les Etats et les grandes entreprises à apporter une "réponse globale" au terrorisme. Il espère aussi que le système financier va couper les sources du financement du terrorisme international. Il a par ailleurs souhaité des investissements massifs dans l'économie verte.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (François Hollande au forum économique de Davos © Maxppp)

Son hélicoptère ayant finalement réussi à le déposer devant l'aéropage le plus huppé des patrons de la planète, François Hollande a lancé un appel à la mobilisation du monde économique contre le terrorisme : "Ne laissez pas agir aujourd'hui une bête qui vous frappera aussi le moment venu ", a dit le président français qui évoquait devant le Forum économique mondial de Davos, qui réunit 2.000 décideurs, la série d'attentats qui a fait 17 victimes en France du 7 au 9 janvier dernier.

A Davos, François Hollande appelle à la mobilisation des entreprises
écouter

Concrètement, il exhorte les patrons de la finance mondiale à agir contre les paradis fiscaux et le blanchiment d'argent pour lutter contre le terrorisme qui "se nourrit de trafics de toutes natures, d'armes, de drogues, d'êtres humains ". "J'appelle le système financier à couper les sources d'alimentation du terrorisme" , a-t-il dit, avant de demander aux grandes entreprises du numérique de faire en sorte que les mouvements djihadistes ne puissent plus utiliser impunément les réseaux sociaux à des fins de propagande.

"La réponse doit être globale, internationale, partagée"

Il a estimé également que les entreprises ne devaient pas seulement produire des richesses mais mieux les répartir pour réduire les inégalités. Ce sont elles qui nourrissent les extrémismes, dit-il. Et les grandes entreprises doivent participer à l'effort commun, souligne-t-il. "La réponse doit être globale, internationale, partagée entre les Etats qui sont en première ligne, les gouvernements, mais aussi les entreprises, notamment les plus grandes, qui ont aussi à intervenir ".

10 milliards de dollars pour l'économie verte... au lieu de 100

François Hollande a aussi plaidé pour l'économie verte, alors que la France accueille cette année la conférence sur le climat : "des capitaux doivent s'investir massivement dans l'économie verte ", demande-t-il, soulignant que le fonds vert de l'ONU qui doit financer des actions contre le réchauffement climatique dans les pays émergents et pauvres n'a recueilli que 10 milliards de dollars alors que "100 sont nécessaires " chaque année.

Le président de la République veut aussi accélérer le financement de l'économie verte
écouter

A LIRE AUSSI :

►►► De l'ignorance à la confrontation, les présidents français à Davos

►►► Expliquez-nous : Davos

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.