VIDEO. Faibles salaires, manque de moyens... La colère des vigiles

Les agents de sécurité étaient en grève, mercredi 2 novembre, à l'appel de l'intersyndicale CGT-CFTC-Unsa. 

Voir la vidéo
HAKIM ABDELKHALEK, NICOLAS AUEUR / FRANCE 2
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Après les policiers, les agents de sécurité. Des vigiles ont manifesté, mercredi 2 novembre, sur l'esplanade de la Défense mais aussi à Bordeaux, Marseille, Lille et Toulouse. Des rassemblements et une grève à l'appel de l'intersyndicale CGT-CFTC-Unsa, pour protester contre leurs faibles salaires.

"Cela fait 28 ans que je suis dans le métier, je gagne 1 100 euros net par mois, je fais des semaines de 70 heures", explique l'un des grévistes à France 2. Les syndicats n'hésitent pas à parler de travailleurs pauvres. "On a maintenant des collègues qui dorment dans leur voiture, voir sous des tentes et des salariés qui vont aux Restos du cœur", se désole Henri Dianne, responsable CGT-Securitas.

Des salaires faibles pour un métier de plus en plus dangereux. "On a rien pour se défendre", regrette un autre vigile. D'autres réclament des formations sur le risque terroriste. "Je ne sais pas à quoi ressemble un explosif", résume un manifestant. L'intersyndicale doit se réunir dans les prochains jours pour décider de la suite du mouvement.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des agents de sécurité manifestent, le 2 novembre 2016 à La Défense.
Des agents de sécurité manifestent, le 2 novembre 2016 à La Défense. (FRANCE 2)