Nantes : des élus LREM choqués par la pendaison d'un mannequin à l'effigie d'Emmanuel Macron

Samedi, un mannequin à l'effigie du président de la République a été pendu, frappé et brûlé lors d'une manifestation contre la politique du gouvernement.

Un homme frappe un mannequin à l\'effigie d\'Emmanuel Macron, le 7 avril 2018 à Nantes (Loire-Atlantique).
Un homme frappe un mannequin à l'effigie d'Emmanuel Macron, le 7 avril 2018 à Nantes (Loire-Atlantique). (LOIC VENANCE / AFP)

Un mannequin à l'effigie du président de la République, frappé, pendu puis brûlé. Cette scène, qui s'est déroulée samedi 7 avril à Nantes (Loire-Atlantique) lors d'une manifestation contre la politique du gouvernement, a choqué de nombreux élus de La République en marche (LREM). "Nous pensons effectivement qu'il est plus que jamais nécessaire de lui faire rendre gorge", avait déclaré sur Télé Nantes Jean Brunaci, porte-parole du syndicat Solidaires.

Dimanche 8 avril, le président de l'Assemblée nationale, François de Rugy, a dénoncé un "scandale" sur LCI. "Imaginez s’il y avait une manifestation organisée par des comités d’usagers de la SNCF en colère contre les grèves et qui mettraient Philippe Martinez étranglé avec une corde au cou, l’ensemble des forces de gauche demanderaient unanimement une condamnation", a-t-il argumenté.

D'autres élus, comme les députées Aurore Bergé et Anne-Laurence Petel, ont dénoncé cette mise en scène sur Twitter.