Le château où sont soignés les policiers qui craquent

Une équipe de France 3 s'est rendue au château du Courbat, où sont hospitalisés les policiers victimes de dépression, d'alcoolisme, d'addiction ou autre burn-out.

FRANCE 3

Le château du Courbat, près du Liège, en Indre-et-Loire, s'est transformé en centre de santé. La plupart des patients sont des policiers, des gendarmes et des gardiens de prison. Tous sont hospitalisés pour un ou deux mois. Ils sont victimes d'addiction(s), de dépression ou encore de burn-out.

Steve, qui a passé quatorze ans dans la police, a petit à petit été anéanti par son métier. "La police était mon addiction. Je pensais police, je dormais police, je passais mes week-ends police... J'étais complètement épuisé, stressé, angoissé", confie-t-il à France 3.

"On ressort et on est neuf"

Le diagnostic tombe pour Steve : burn-out. Le policier est hospitalisé une première fois. Mais à sa sortie, il est terrassé par un AVC. Retour au Courbat. "Dire qu'on est malade, c'est reconnaître une faiblesse. Il y a ce tabou", explique le docteur Fatima Idbrik, médecin addictologue.

Ici, les policiers doivent remonter la pente, tant physiquement que mentalement. L'autre objectif est de réapprendre à vivre. Steve salue le travail des médecins : "Ils arrivent, en deux mois, à faire un miracle. On ressort et on est neuf."

Le JT
Les autres sujets du JT
Des policiers patrouillent au jardin du Palais-Royal, à Paris, le 8 septembre 2015. 
Des policiers patrouillent au jardin du Palais-Royal, à Paris, le 8 septembre 2015.  (FLORIAN DAVID / AFP)