Sans éclairage, avec une roue voilée ou encore parapluie à la main : ces Franciliens qui s'improvisent cyclistes face à la grève dans les transports

Cinquième jour du mouvement contre la réforme des retraite avec toujours de rares transports en communs et des bouchons monstres sur les routes d'Île-de-France. RTT dépensées, télétravail impossible… Reste le vélo. Reportage.

Les apprentis-cyclistes ont envahi Paris lundi 9 décembre, au cinquième jour de grève contre la réforme des retraites.
Les apprentis-cyclistes ont envahi Paris lundi 9 décembre, au cinquième jour de grève contre la réforme des retraites. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Après le télétravail ou la RTT pour contourner le manque de transports en commun, il faut bien retourner au travail. Lundi 9 décembre est le cinquième jour du mouvement contre la réforme des retraites. Il y a toujours très peu de trains, RER et métros et, par conséquent, des bouchons monstres sur les routes d'Île-de-France, plus de 600 km enregistrés dans la matinée.  

Il reste donc peu de solutions pour rejoindre son lieu de travail à part le vélo. Et il ne fallait vraiment avoir aucune autre solution lundi matin pour mettre un pneu dehors avec les trombes d'eau qui se sont abattues dès 6h du matin. Une pluie lourde, bien pénétrante et vite glaçante qui a détrempé Alexandre au bout de quelques centaines de mètres : "Il pleut beaucoup et je ne suis pas équipé. Pour aller bosser, on va arriver trempé. On fait comme on peut pour aller travailler."

Beaucoup d'apprentis-cyclistes sur les routes

Beaucoup ont ressorti un vélo de la cave ou s'en sont fait prêter un. Conséquences : pas mal de novices sur le bitume avec des bicyclette dont l'état laisse parfois à désirer comme cette roue totalement voilée pour une jeune femme ou souvent pas d'éclairage… Quelques cyclistes pédalent même un parapluie à la main, ce qui n'est pas très recommandé, surtout pour les longs trajets. "Je me suis un peu perdue ce matin, raconte Jasmine, croisée lors d'une pause à Barbès. Pour parcourir les 15 km entre Paris 15e et Épinay-sur-Seine, elle a mis l'équipement de randonnée et a remonté de la cave son casque à vélo. Quant à la bicyclette… "J'ai fait un emprunt familial". La remise en selle est un peu dure. "Ça chauffe partout. Heureusement, j'ai la journée pour me reposer au travail", plaisante la jeune femme. 

Des infrastructures cyclables inadaptées

Se reposer et se remettre aussi nerveusement pour certains. Face à des pistes cyclables un peu trop chargées, vélos, vélos en libre-service mais aussi trottinettes, piétons qui débordent des abribus et trottoirs bondés, scooters qui préfèrent éviter les chaussées où ça bouchonne... il faut composer. "Il y a des gens qui ne sont pas habitués au vélo dans Paris. Mais ce n'est pas grave. Il faut bien qu'ils commencent un jour", commente, philosophe, Jean-Rémy, cycliste régulier. Les débutants ralentissent le trafic, sont difficiles à doubler et ne respectent pas le code de la route. Mais le vrai problème, selon Jean-Rémy, c'est l'insuffisance des infrastructures dans la capitale. "Globalement, les infrastructures vélo ne sont pas faites, déplore-t-il. Elles ne sont pas assez larges dans pleins de boulevards, il y a plein de discontinuité encore".  

En attendant des infrastructures cyclables plus adaptées aux temps de grève, certains ont fait encore un autre choix, un geste qui a quasiment disparu des centres-villes : le pouce levé sur le bord de la route pour un petit coup d'auto-stop, le co-voiturage à l'ancienne.