"Les mamies sont toujours présentes !" : sans école ou nounou, les grands-parents en renfort pour la grève du 5 décembre

Avant la grève du 5 décembre, des milliers de parents s'organisent pour faire garder leurs enfants qui n'auront pas d'école, de nounou ou de crèche. Les grands-parents sont appelés en renfort pour donner un coup de main.

Viviane, 60 ans (à droite sur la photo), venue de Beyrouth (Liban), va garder les enfants de son fils le 5 décembre, pendant la grève.
Viviane, 60 ans (à droite sur la photo), venue de Beyrouth (Liban), va garder les enfants de son fils le 5 décembre, pendant la grève. (BENJAMIN ILLY / FRANCE-INFO)

Baby-sitter, télétravail, RTT... À quelques jours de la grève du 5 décembre qui s'annonce très suivie, les parents s'organisent comme ils peuvent pour faire garder leurs enfants. Les grands-parents, eux, ont déjà reçu le coup de fil pour demander de venir en aide. "Les mamies, elles sont toujours présentes", sourit une dame, rencontrée au marché du 15e arrondissement de Paris. "Comme il y a la grève, on va aller coucher chez nos enfants pour garder nos petits enfants", poursuit-elle. Il n'y aura pas d'école jeudi, ils se sont donc préparés en avance, mais il l'assure, "c’est un grand plaisir d’être encore utile à nos âges".

Viviane, à la rescousse depuis Beyrouth

Joseph fait le marché en famille avec ses enfants, et sa mère, venue spécialement de Beyrouth pour s'occuper de la petite famille. "La crèche est fermée, parce qu’ils ne peuvent pas arriver à cause des grèves", affirme le papa. Il a fallu assurer le billet d'avion pour Viviane. "Je suis venue pour ça", répond la Franco-libanaise avec un sourire.

Chantal, 67 ans, a pris les devants : elle s'est directement proposée à ses enfants. "La nourrice ne peut pas venir travailler donc il faut que je les garde, explique-t-elle. Je suis contente d'avoir mes petits enfants". Et pourtant, Chantal ne soutient pas "à fond", cette grève. "Des fois, on a de quoi se plaindre, et puis des fois il faudrait peut-être voir ailleurs ce qui se passe", répond-elle.

"On va vers une situation de blocage total"

Au stand de poissons, on rencontre François, 79 ans. Lui aussi sera missionné pour jeudi. Quel est le programme ? "Ils vont aller voir la 'Reine des Neiges 2', c’est évident. Du coup, moi aussi, pourquoi pas, ça me rajeunira", rit-il.

Pour ce grand-père, "Certains ont raison, d’autres n’ont pas raison" de faire grève. Il l'avoue, "s’il faut réformer, il faut peut-être le faire plus en douceur, et disons d’une façon plus diplomatique. Alors que là, je pense qu’on va vers une situation de blocage total, et que ça sera sur plusieurs semaines". François sera-t-il prêt à garder les petits enfants pour quelques temps ? "Ah non, pas plusieurs semaines, ce n'est pas possible !".

Les grands-parents à la rescousse pour la grève - Reportage de Benjamin Illy
--'--
--'--