Grève du 5 décembre : des cars appelés à la rescousse en Ile-de-France

S'il sera théoriquement possible de faire rouler ces véhicules dès jeudi, dans les faits, ces cars ne circuleront qu'à partir de vendredi, selon leurs exploitants.

Un bus Flixbus place de l\'Opéra à Paris, le 19 mai 2015.
Un bus Flixbus place de l'Opéra à Paris, le 19 mai 2015. (THOMAS SAMSON / AFP)

Quelques cars longue distance (Flixbus et Blablabus-Ouibus) devraient venir renforcer vendredi les transports publics d'Ile-de-France, très touchés à partir du 5 décembre par la grève contre la réforme des retraite"Ceux qu'on appelle les 'cars Macron' pourront circuler demain (jeudi) entre Saint-Denis et Massy en desservant Paris intra-muros. Nous avons veillé à ce que les tarifs proposés soient accessibles", a annoncé le secrétaire d'Etat aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, mercredi 4 décembre.

"Nous avons évidemment respecté le cadre réglementaire", a-t-il précisé, évoquant "15 à 20" autocars et notant que "des discussions sont encore en cours" tant avec les opérateurs qu'avec la mairie de Paris. S'il sera théoriquement possible de faire rouler ces véhicules dès jeudi, dans les faits, ces cars ne circuleront qu'à partir de vendredi, selon leurs exploitants.

Les cars FlixBus gratuits

Un porte-parole de FlixBus a indiqué que la compagnie allemande assurerait cette desserte à partir de vendredi. "Ce sera gratuit", a-t-il ajouté, notant que le parcours n'était pas définitivement arrêté. Ce parcours devra être allongé, la distance entre Saint-Denis et Massy via Paris ne dépasse pas les 30 km. Réglementairement, les "cars Macron" n'ont en effet pas le droit de faire des trajets de moins de 40 kilomètres en Ile-de-France.

L'autre opérateur BlaBlaBus (BlaBlaCar), ne lancera pas non plus cette ligne francilienne jeudi, selon un porte parole. Avant l'annonce du secrétaire d'Etat, la CGT de la RATP s'était déjà élevée contre cette initiative, la jugeant "inutile" car très peu capacitaire, "dangereuse" et "illégale".

Jean-Baptiste Djebbari a en outre indiqué qu'il avait demandé aux opérateurs de VTC "de ne pas augmenter leurs tarifs". Ceux-ci ne seront pas plus majorés qu'un samedi soir, a-t-il ajouté. Toutes les sociétés de scooters, vélos et trottinettes en libre-service, de même que les plates-formes de covoiturage et d'autopartage sont également sur le pont pour proposer des solutions alternatives pendant la grève.