Ryanair : "Le sujet majeur c'est comment répondre à ces revendications tout en conservant ce modèle low cost"

Philippe Berland, expert du secteur aérien au cabinet de conseil Sia Partners, est revenu sur le mouvement social qui touche actuellement la compagnie aérienne irlandaise Ryanair.

Des stewards de la compagnie Ryanair sur le tarmac de l\'aéroport de Bruxelles (Belgique), le 27 septembre 2018.
Des stewards de la compagnie Ryanair sur le tarmac de l'aéroport de Bruxelles (Belgique), le 27 septembre 2018. (EMMANUEL DUNAND / AFP)

Près de 250 vols annulés, plus de 40 000 passagers touchés, la grève chez Ryanair se poursuit dans six pays européens, vendredi 28 septembre. Les salariés dénoncent les conditions de travail. "Le sujet majeur c'est comment répondre à ces revendications tout en conservant ce modèle low cost", a estimé Philippe Berland, expert du secteur aérien au cabinet de conseil Sia Partners.

franceinfo : Ryanair joue-t-il avec le droit européen ?

Philippe Berland : Historiquement, le groupe utilisait des contrats de législation irlandaise sur une grande partie de son personnel. Il y a eu un rappel à l'ordre de la part de la Commission européenne sur le fait qu'elle souhaiterait que le contrat du pays de résidence du salarié soit appliqué. Cela questionne le modèle de Ryanair sur ce sujet et sur la relation avec les syndicats reconnu récemment [en décembre 2017] par le groupe.

Ryanair respecte-t-il le droit européen ?

Le rappel de la Commission européenne est là pour montrer qu'il y a un sujet et on va voir comment la direction de la compagnie va s'en saisir. On voit aussi qu'il y a une évolution, un changement du modèle qui était centré sur du low cost pur. Le fait qu'ils aient reconnu les syndicats est une première évolution de leur modèle. On va voir dans les prochains mois comment ils vont gérer cette crise. La pression de la Commission et la pression interne augmentent sur la compagnie.

Est-ce que la compagnie est allée trop loin ?

C'est lié au modèle qu'ils avaient mis en place et qui est sur un modèle low cost où vous avez deux enjeux majeurs. Le premier est d'avoir une maîtrise de vos coûts et dedans il y a notamment le poste sur les personnels. Une compagnie low cost doit avoir une maîtrise très importante de ses coûts et être très compétitive pour après proposer des prix attractifs sur le marché. C'est le deuxième enjeu majeur. Comment optimiser ses revenus ? Ryanair est centré sur un positionnement de prix agressif. C'est comme ça qu'ils ont construit leur réussite et réussi à prendre des parts de marché très importantes.

Ce modèle se fait-il au détriment des conditions de travail ?

Les revendications portent sur une amélioration des conditions de travail. Il y a un sujet sur le lieu de résidence, mais aussi sur des meilleures conditions, mais c'est quelque chose que l'on voit dans d'autres compagnies. Le sujet majeur c'est comment répondre à ces revendications tout en conservant ce modèle low cost.