La grève RATP divise le pays

Si la grève a été très suivie à la RATP vendredi 13 septembre, certains Français ne digèrent pas de se retrouver bloqués.

FRANCEINFO

La grève RATP du vendredi 13 septembre a bloqué les transports en commun à Paris. Les salariés souhaitaient montrer leur désaccord par rapport à la future réforme des retraites. "Je n'ai pas envie d'avoir une retraite à 73 ans. Là, ça commence à augmenter, ça augmente déjà depuis un moment. Je ne sais pas où ça va en finir. Je préfère me battre aujourd'hui pour les intérêts de demain et pour ceux qui vont venir", proteste une gréviste.

Une grève incomprise

Les transports en commun parisiens se sont retrouvés bloqués durant toute la journée. "Je ne comprends pas parce qu'ils ont déjà plein de privilèges donc au bout d'un moment, il faut arrêter. Il y a des boulots plus pénibles que conducteur de métro", estime une usagère. Les grévistes de la RATP dénoncent eux des conditions de travail difficile, avec des risques pour leur santé et des plages horaires trop longues pouvant aller jusqu'à 13h.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants réunis à la Maison de la RATP, le 13 septembre 2019, à Paris.
Des manifestants réunis à la Maison de la RATP, le 13 septembre 2019, à Paris. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)