Des centaines de vols annulés au second jour de la grève des contrôleurs aériens

A Roissy, 42% des vols ont été supprimés, environ 50% à Orly et 46% à Nice, premier aéroport de province, au deuxième et dernier jour de grève des contrôleurs aériens.

Un voyageur regarde l\'écran des départs à l\'aéroport d\'Orly (Val-de-Marne), le 8 avril 2015.
Un voyageur regarde l'écran des départs à l'aéroport d'Orly (Val-de-Marne), le 8 avril 2015. (BERNARD MÉNIGAULT / CITIZENSIDE / AFP)

Des centaines de vols annulés et des retards un peu partout... Le trafic aérien français reste très perturbé, jeudi 9 avril, au deuxième et dernier jour de grève des contrôleurs aériens, qui affectait entre un tiers et la moitié des vols dans les grands aéroports.

Des retards de "30 à 50 minutes" dans les principaux aéroports

L'impact du mouvement social s'est accentué jeudi en raison de l'appel à la mobilisation nationale lancé en parallèle par quatre syndicats (CGT, FO, FSU, Solidaires) contre l'austérité. Pour limiter les désordres, la direction générale de l'aviation civile (DGAC) a demandé aux compagnies d'annuler la moitié de leurs vols, contre 40% la veille.

A Roissy, 42% des vols ont été supprimés, "environ 50%" à Orly et 46% à Nice, premier aéroport de province. En plus de ces annulations, la grève a entraîné des "retards de l'ordre de 30 à 50 minutes sur les aéroports de Roissy, Nice, Toulouse, Nantes, Bordeaux", a précisé à l'AFP un porte-parole de l'aviation civile.

Le principal syndicat maintient la pression

Du côté des compagnies aériennes, Air France a annoncé qu'elle assurerait un vol sur quatre au départ et vers Orly, environ 40% de et vers les aéroports de province et un vol moyen-courrier sur deux au départ et à l'arrivée de Roissy. Les vols long-courrier ne sont pas affectés.

A l'origine de ce mouvement, le SNCTA, premier syndicat parmi les 4 000 contrôleurs aériens (49,8% aux dernières élections). Il réclame le droit, pour les organisations représentatives d'aiguilleurs, de négocier des accords spécifiques. Pour maintenir la pression, le syndicat a déposé des préavis du 16 au 18 avril et du 29 avril au 2 mai.