Air France : désavoué, le PDG démissionne

Consultés, les personnels de la compagnie aérienne ont rejeté les propositions salariales de la direction. Jean-Marc Janaillac a immédiatement annoncé qu'il quittait ses fonctions.

France 3

80% des salariés d'Air France ont participé au vote en ligne concernant les propositions de la direction de la compagnie, en plein mouvement de grève contre la politique salariale du groupe. En cas de refus, le PDG Jean-Marc Janaillac s'était engagé à démissionner, ce qu'il a fait tout de suite après l'annonce de ces résultats.

"Je remettrai dans les prochains jours ma démission au conseil d'administration d'Air France et à celui d'Air France-KLM. C'est un immense gâchis qui ne peut que réjouir nos concurrents, fragiliser nos alliances et déboussoler nos équipes", a-t-il déclaré, le visage grave.

Un projet rejeté à plus de 55%

Le projet de la direction d'Air France proposait une augmentation de salaire générale de 7% sur 4 ans. Les salariés ont dit non à cette proposition à plus de 55%. Devant le siège d'Air France, les salariés sont divisés. "Je pensais que c'était le oui, je suis déçue", explique l'une d'entre elles. "On a changé de PDG deux fois entre temps, il y a toujours des plans, des plans... Il y a un moment, ça suffit !", déplore une autre.

Les représentants de l'intersyndicale estiment, eux, avoir été entendus. "Nous n'avions pas demandé le départ de Jean-Marc Janaillac, nous aurions préféré avoir un président qui écoute, qui entende ses salariés", déclare Philippe Evain, président du syndicat des pilotes de ligne d'Air France (SNPL).

Le JT
Les autres sujets du JT
Jean-Marc Janaillac, le 4 mai 20118.
Jean-Marc Janaillac, le 4 mai 20118. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)