Hôpital de Montivilliers : un dispositif d'alerte mis en place contre les violences

La violence fait partie du quotidien du personnel hospitalier. Une solution a été mise en place par un établissement près du Havre en Seine-Maritime.

France 3

À l'hôpital de Montivilliers (Seine-Maritime), tout est une question de priorité tant il y a de patients en attente. Des malades qui s'en prennent de plus en plus souvent au personnel. Jessica Minot est infirmière aux urgences depuis dix ans et a vu la violence s'amplifier. La semaine dernière encore, elle a été témoin d'une agression. "Ma collègue crie, je l'entends et je traverse toute la salle d'attente et je vois ma collègue à terre avec sa patiente sur elle", explique l'infirmière.  

Mise en place un dispositif d'alerte 

Des actes de cette violence, le service en a recensés 23 au cours des 18 mois. Pour protéger ses équipes, la direction propose des blouses anonymes et met en place un dispositif d'alerte. Il suffira d'appuyer sur une touche de ce téléphone pour prévenir les collègues. En service dans quelques jours, il s'accompagne d'autres mesures. "Les trois quarts du personnel sont aujourd'hui formés à une journée sur la gestion de cette violence qui peut se dérouler au sein de leur service", explique Marie Mayeux-Pottiez, directrice des soins du groupe hospitalier du Havre. Des mesures qui rassurent un peu le personnel, mais qui sont insuffisantes pour la CGT. 

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'entrée des urgences de l\'hôpital René Dubos de Pontoise, le 9 avril 2013.
L'entrée des urgences de l'hôpital René Dubos de Pontoise, le 9 avril 2013. (MAXPPP)