Grève à l’AP-HP : "Martin Hirsch est hors du temps, l'hôpital est à l'os", alerte le médecin Christophe Prudhomme

"On a mis l'hôpital sous pression depuis des années, aujourd'hui la cocotte-minute explose", alerte jeudi sur franceinfo Christophe Prudhomme, porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France (AMUF).

Christophe Prudhomme, porte-parole de l’AMUF, le 17 octobre 2017.
Christophe Prudhomme, porte-parole de l’AMUF, le 17 octobre 2017. (LUC NOBOUT / MAXPPP)

"Monsieur Martin Hirsch est hors du temps. Monsieur Martin Hirsch ment", a affirmé jeudi 18 avril sur franceinfo le docteur Christophe Prudhomme, porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France (AMUF), après l'annonce de Martin Hirsch, le directeur général de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, "de renforcer les urgences". "La croissance de l’activité a été de 3,4% au cours des trois derniers mois. J’ai ajouté 3,4% d’effectifs", avait détaillé Martin Hirsch.

"Aujourd'hui, l'hôpital est à l'os", martèle Christophe Prudhomme. "Monsieur Martin Hirsch dit qu'il va augmenter les postes. Monsieur Martin Hirsch nous impose un plan de 1 000 suppressions d'emploi par an pendant 5 ans".

"Ça suffit"

Le porte-parole de l'AMUF estime que le plan de rattrapage des effectifs "c'est 700 postes". "Ces 700 postes, ce n'est pas une élucubration des syndicats. C'est simplement appliquer les recommandations professionnelles de l'association Samu-Urgence de France pour assurer la sécurité des patients", souligne Christophe Prudhomme.

"Les conditions d'accueil et de fonctionnement des services d'urgence font que nous ne sommes pas en capacité d'assurer la sécurité des patients", alerte le médecin. "On a mis l'hôpital sous pression depuis des années, aujourd'hui la cocotte-minute explose. Il y a des morts aux urgences, le personnel est à bout, il y a des burnout, il y a des suicides. Ça suffit".