Faut-il inciter les médecins à limiter le nombre d'arrêts maladie ?

Les médecins ont rendez-vous jeudi avec la Caisse nationale d'assurance maladie pour négocier leur nouvelle convention médicale.

A Callac (Côtes-d\'Armor), le 11 juin 2013.
A Callac (Côtes-d'Armor), le 11 juin 2013. (DAMIEN MEYER / AFP)
L'heure est à la négociation. Les discussions qui débutent jeudi 28 avril doivent fixer pour 5 ans les relations entre la Caisse nationale de l'assurance maladie et les médecins. L'Etat veut limiter les dépenses liées aux arrêts maladie.

Selon un document consulté par l'AFP, l'Assurance malaide voudrait fixer de nouveaux objectifs aux médecins et introduire de nouveaux indicateurs en matière de prescriptions, de prévention et d'organisation, dans le cadre de la ROSP (rémunération sur objectif de santé publique). En 2015, 90 000 médecins ont touché la ROSP, pour un montant moyen de 4500 euros. 

La Cnam souhaite ainsi pousser les médecins à faire plus attention sur la durée des arrêts maladie, en se référant aux grilles établies par les pouvoirs publics qui préconisent par exemple cinq jours pour une grippe, trois jours pour une angine, 21 jours pour une entorse grave.

Mais les syndicats protestent. "Il faut arrêter de nous infantiliser", déclare Jean-Paul Hamon, le président de la Fédération des médecins de France. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a tenté de calmer le jeu. Interrogée jeudi sur France Inter, elle annonce qu'"il faut surtout valoriser l'engagement des médecins" et qu'il "ne s'agit en aucun cas de dire aux médecins 'vous serez mieux rémunérés si vous prescrivez moins d'arrêts maladie'."

Votez, réagissez, commentez sur le site.

Faut-il inciter les médecins à limiter le nombre d'arrêts maladie ?
Partager ce sondage :
Toutes les questionsEn partenariat avecfranceinfo