DIRECT. Le ministère de l'Intérieur a dénombré 323 000 personnes pour cette journée de mobilisation, La CGT annonce "plus de 500 000" manifestants

Les syndicats de fonctionnaires avaient appelé à la mobilisation contre la réforme de la fonction publique. Ils ont été rejoints par les cheminots, en colère contre la réforme de la SNCF annoncée par le gouvernement.

Des manifestants contre les réformes du gouvernement, à Paris, le 22 mars 2018.
Des manifestants contre les réformes du gouvernement, à Paris, le 22 mars 2018. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Selon notre décompte indépendant réalisé par le cabinet Occurrence, 47 800 manifestants ont défilé dans les rues de Paris : 34 700 dans le cortège des fonctionnaires, 13 100 dans le cortège des cheminots. Au niveau national, plus de 500 000 personnes ont défilé contre les différents projets de réformes du gouvernement, selon la CGT. Le ministère de l'Intérieur a dénombré, pour sa part, 323 000 manifestants.

La préfecture de police a, quant à elle, dénombré 49 000 manifestants au total : 32 500 dans le cortège des fonctionnaires et 16 500 dans celui des cheminots. 

Au total, en France, le ministère de l'Intérieur a dénombré 323 000 manifestants pour cette journée de mobilisation. La CGT annonce de son côté "plus de 500 000" manifestants.

Des heurts à Paris et à Nantes. Dans la capitale, les policiers ont essuyé des tirs de projectiles et ont riposté avec des grenades lacrymogènes et un canon à eau, à proximité de la place de la Bastille. A Nantes, sept personnes ont été interpellées. Des manifestants ont aussi lancé de la peinture et jeté des projectiles contre la préfecture.

Mobilisation partout en France. A 13h30, selon les chiffres de France Bleu, les différents cortèges, hors Paris, ont rassemblé 8 500 manifestants à Nantes, 6 000 personnes à Caen, 5 000 manifestants à Marseille, Rouen, Clermont-Ferrand et Perpignan, 4 000 à Orléans, Le Mans, Brest, Tours, Pau et Nantes et 3 000 au Havre et à Avignon.

Olivier Faure sifflé. Il n'était visiblement pas le bienvenu. Le futur premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, a été hué à son arrivée à la manifestation des cheminots organisée à Paris, jeudi 22 mars. "Nous ne sommes pas venus chercher un tapis rouge, a-t-il commenté. Nous sommes venus dire à un gouvernement, en dépit de l'accueil qui nous est réservé, que nous sommes prêts à manifester car nous contestons sa façon de voir les choses sur le service public."

A la SNCF, un prélude à une "grève en pointillés". Mobilisés contre la réforme ferroviaire voulue par le gouvernement, les syndicats de la SNCF ont appelé à la mobilisation deux jours sur cinq, à partir du mardi 3 avril. Le mouvement est pour l’instant prévu jusqu’à la fin juin.

 Les fonctionnaires également mobilisés. Au cortège des cheminots s'ajoute le mouvement des syndicats de fonctionnaires (hôpitaux, enseignants, contrôleurs aériens...), qui défileront séparément contre la réforme de la fonction publique. Plus de 140 manifestations étaient annoncées en France.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live

16h22 : Les forces de l'ordre ont reçu des projectiles. Elles ont riposté avec des grenades lacrymogènes et un canon à eau.

15h56 : Des manifestants viennent d'affronter des forces de l'ordre à Paris, à hauteur du boulevard Beaumarchais, près de la place de la Bastille.

15h52 : Le cortège avance dans les rues de Paris. Les manifestants sont passés par la place de la République.







(ALAIN JOCARD / AFP)

15h46 : La députée ukrainienne Nadia Savtchenko a été écrouée à Kiev. Cette ancienne pilote de l'armée, devenue héroïne nationale, est désormais accusée d'avoir préparé un attentat contre le président. Le Figaro vous en apprendra plus.

15h41 : Les Etats-Unis classent comme "terroriste" le Français Joe Asperman, expert en armes chimiques du groupe jihadiste Etat islamique.

15h43 : Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel s'entretiendront ce soir avec la Première britannique, Theresa May, en marge d'un sommet européen à Bruxelles. Ils évoqueront notamment l'affaire de l'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergueï Skripal au Royaume-Uni, selon l'Elysée.

15h34 : Voici trois des articles de franceinfo qui vous intéressent le plus cet après-midi :

• Le témoignage de Fayçal Cheffou, accusé à tort d'être "l'homme au chapeau" des attentats de Bruxelles, et qui vit un calvaire.

• Notre moteur de recherche qui vous dira si votre train est plus souvent en retard que les autres.

• Notre explication de ce que la justice reproche à Nicolas Sarkozy dans l'affaire du présumé financement libyen de sa campagne de 2007.

15h32 : Florian Philippot et quelques-uns de ses "patriotes" ont fait, eux, une arrivée très discrète à Paris, mais ils soutiennent la manifestation.

15h24 : Luc Carvounas porte plainte pour "insultes homophobes sur Twitter". Le député socialiste se dit "menacé de mort avant [son] mariage, insulté sur les réseaux sociaux, dans la rue". "Je sais qu’il reste beaucoup de chemin à parcourir pour faire évoluer les mentalités", écrit-il. Nous vous en parlons.