DIRECT. Le ministère de l'Intérieur a dénombré 323 000 personnes pour cette journée de mobilisation, La CGT annonce "plus de 500 000" manifestants

Les syndicats de fonctionnaires avaient appelé à la mobilisation contre la réforme de la fonction publique. Ils ont été rejoints par les cheminots, en colère contre la réforme de la SNCF annoncée par le gouvernement.

Des manifestants contre les réformes du gouvernement, à Paris, le 22 mars 2018.
Des manifestants contre les réformes du gouvernement, à Paris, le 22 mars 2018. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Selon notre décompte indépendant réalisé par le cabinet Occurrence, 47 800 manifestants ont défilé dans les rues de Paris : 34 700 dans le cortège des fonctionnaires, 13 100 dans le cortège des cheminots. Au niveau national, plus de 500 000 personnes ont défilé contre les différents projets de réformes du gouvernement, selon la CGT. Le ministère de l'Intérieur a dénombré, pour sa part, 323 000 manifestants.

La préfecture de police a, quant à elle, dénombré 49 000 manifestants au total : 32 500 dans le cortège des fonctionnaires et 16 500 dans celui des cheminots. 

Au total, en France, le ministère de l'Intérieur a dénombré 323 000 manifestants pour cette journée de mobilisation. La CGT annonce de son côté "plus de 500 000" manifestants.

Des heurts à Paris et à Nantes. Dans la capitale, les policiers ont essuyé des tirs de projectiles et ont riposté avec des grenades lacrymogènes et un canon à eau, à proximité de la place de la Bastille. A Nantes, sept personnes ont été interpellées. Des manifestants ont aussi lancé de la peinture et jeté des projectiles contre la préfecture.

Mobilisation partout en France. A 13h30, selon les chiffres de France Bleu, les différents cortèges, hors Paris, ont rassemblé 8 500 manifestants à Nantes, 6 000 personnes à Caen, 5 000 manifestants à Marseille, Rouen, Clermont-Ferrand et Perpignan, 4 000 à Orléans, Le Mans, Brest, Tours, Pau et Nantes et 3 000 au Havre et à Avignon.

Olivier Faure sifflé. Il n'était visiblement pas le bienvenu. Le futur premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, a été hué à son arrivée à la manifestation des cheminots organisée à Paris, jeudi 22 mars. "Nous ne sommes pas venus chercher un tapis rouge, a-t-il commenté. Nous sommes venus dire à un gouvernement, en dépit de l'accueil qui nous est réservé, que nous sommes prêts à manifester car nous contestons sa façon de voir les choses sur le service public."

A la SNCF, un prélude à une "grève en pointillés". Mobilisés contre la réforme ferroviaire voulue par le gouvernement, les syndicats de la SNCF ont appelé à la mobilisation deux jours sur cinq, à partir du mardi 3 avril. Le mouvement est pour l’instant prévu jusqu’à la fin juin.

 Les fonctionnaires également mobilisés. Au cortège des cheminots s'ajoute le mouvement des syndicats de fonctionnaires (hôpitaux, enseignants, contrôleurs aériens...), qui défileront séparément contre la réforme de la fonction publique. Plus de 140 manifestations étaient annoncées en France.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live

23h51 : Gad Elmaleh, Tomer Sisley, Michel Leeb… Vous trouvez ces humoristes français impertinents, hilarants ? Et vous vous demandez où ils vont chercher leurs blagues ? Réponse : peut-être chez les autres ! Regardez le reportage d'"Envoyé spécial".

23h45 : Les grèves inquiètent-t-elles l'exécutif ? "En tout cas, le gouvernement évite d'afficher une posture inflexible", explique la journaliste Valérie Astruc, de France 2. Et il "admet que ces grèves témoignent d'une inquiétude".

23h39 : Des chercheurs ont découvert un gène, dont les mutations peuvent faire dégénérer une simple grippe en une infection potentiellement mortelle. Explications.

23h35 : Une autre journée de mobilisation prévue par les fédérations CGT des Services publics et des Transports, qui appellent à la grève reconductible à compter du 3 avril dans le secteur du ramassage et du traitement des ordures et déchets, notamment à Paris.

23h34 : #GREVE Après les manifestations de ce jour, la CGT appelle à une nouvelle mobilisation le 19 avril.

23h30 : L’hôpital Saint-Louis, à Paris, abrite la plus grande collection de moulages en cire des maladies de peau. Verrues, pustules, urticaires, mycoses, eczémas, 4800 pièces sont exposées dans ce lieu aussi impressionnant que repoussant, et dont la visite est interdite aux moins de 12 ans. Ames sensibles, s'abstenir.

23h25 : Après deux mois de silence, le blogueur et chroniqueur Jeremstar s'est exprimé sur le plateau de Quotidien, sur TMC, afin d'annoncer son retour à l'antenne, dans les "Terriens du dimanche". Sauf que quelques minutes plus tard, Cyril Hanouna a annoncé sur Direct 8 que la chaîne "n'en voulait plus".

23h19 : Des milliards de morceaux de plastique, 80 000 tonnes de déchets : la gigantesque décharge qui flotte dans le Pacifique est bien plus importante qu'estimé précédemment. Cette "grande zone d'ordures du Pacifique" s'étend sur une surface de trois fois la France.




(OCEAN CLEANUP / AFP)

23h15 : "Les filles sont le diable." Des anciennes élèves de Saint-Cyr dénoncent les "tradis", un groupe d'élèves misogynes qui mine les classes préparatoires militaires, dans une longue enquête de Libération.




(JOEL SAGET / AFP)

23h09 : Un groupe rebelle, qui contrôle encore une partie de la Ghouta orientale, a annoncé l'entrée en vigueur, à partir de minuit, d'un cessez-le-feu qui doit permettre des négociations avec la Russie, alliée du régime syrien.

23h05 : Le milieu de terrain du PSG Thiago Motta écope de trois matches de suspension, en raison d'un mauvais geste lors du match face à Angers (2-1). Il manquera la finale de la Coupe de Ligue contre Monaco le 31 mars, annonce la LFP.

23h00 : L'administration américaine a donné son feu vert pour des contrats d'armement pour un montant total de plus d'un milliard de dollars avec l'Arabie saoudite, dont le prince héritier est actuellement en visite aux Etats-Unis.

22h51 : La Fontaine a-t-il immortalisé son passage dans la pierre du château de Chambord ? Il se dit depuis quelques semaines que le poète serait passé par là et aurait même laissé une signature.


22h43 : "Qu'il aille s'expliquer devant les juges, qu'il arrête de s'en prendre à un journal indépendant qui n'a fait que son métier."

Pointé du doigt à plusieurs reprises pendant l'interview de Nicolas Sarkozy sur TF1, Edwy Plenel, fondateur de Mediapart, a répondu à l'ancien chef de l'Etat, sur BFM TV. "Si les juges le mettent en cause, c'est qu'il y a des faits", ajoute-t-il, qualifiant Nicolas Sarkozy de "premier diffuseur de fake news de notre pays".

22h36 : Jordi Turull, le candidat indépendantiste à la présidence de la Catalogne n'a pas réussi à se faire élire au premier tour par le parlement régional, à la veille de sa comparution devant la justice. Il n'a recueilli que 64 voix, tandis que 65 députés ont voté contre et que 4 élus séparatistes se sont abstenus.

22h32 : Que l'on soit d'accord où non avec son message, on peut accorder à cette banderole photographiée dans une manifestation à Nantes une belle note artistique.

22h28 : Bonsoir @anonyme, le journaliste de Mediapart et l'avocate de Zia Takieddine portent le même nom de famille mais n'ont aucun lien de parenté, comme ils l'ont déjà tous les deux expliqué, sur Twitter.

22h25 : Bonsoir,Help svp ... connaissez-vous les liens entre Fabrice Arfi et Elise Arfi, respectivement journaliste Mediapart et avocate de Takkiedine ? Tout circule sur la toile ... avez-vous des éléments ? Merci

22h23 : "Je le sens autant lutteur sur la forme, que cerné sur le fond"

Sur franceinfo, François Kalfon estime que Nicolas Sarkozy, mis en examen dans l'affaire du financement de sa campagne de 2007, est "un tout petit peu dans la nasse", avec un "faisceau de présomption graves et concordantes" contre lui.

22h19 : Depuis plusieurs jours, Facebook est visé par une campagne de grande ampleur incitant ses utilisateurs à se désabonner. Si vous étiez un utilisateur de Facebook et que vous avez supprimé votre compte, votre témoignage nous intéresse, expliquez-nous, dans cet article, les raisons qui vous ont poussé à franchir le pas.

22h13 : La crise humanitaire en République démocratique du Congo s'aggrave et atteint des niveaux catastrophiques dans certaines parties du pays, alerte le Conseil de sécurité des Nations unies. Au moins 13,1 millions de Congolais ont besoin d'aide humanitaire, dont 7,7 millions de personnes en situation de grave insécurité alimentaire.

22h07 : "Ce n'est pas qu'aujourd'hui, ce n'est pas le test d'une journée", insiste Benoît Hamon. Après la journée de mobilisation des fonctionnaires et des cheminots, jeudi, plusieurs partis de gauche appellent à poursuivre le mouvement. Lisez et écoutez le reportage de Matthieu Mondoloni, pour franceinfo.




(MAXPPP)

22h00 : "La colère, la détermination à se faire entendre, est intacte, voire continue de monter dans la fonction publique"

Pour Bernadette Groison, la secrétaire générale de la FSU, invitée de franceinfo, cette journée de mobilisation à l'appel des syndicats est "réussie".


22h03 : Nicolas Sarkozy a exhibé sur le plateau de TF1 un document qu’il a présenté comme un "procès-verbal" mettant en doute l’authenticité d’un autre document, publié par Mediapart en 2012. Mais à quoi faisait-il référence ? On vous explique.

21h45 : Libération raconte comment un groupe d'élèves ouvertement misogynes, les "tradis", mettent tout en œuvre pour "saper les ambitions des étudiantes" à Saint-Cyr Le quotidien a également recueilli le témoignage d'un "repenti" qui reconnait avoir été "un bourreau".

21h43 : Dans son édition de demain, Libération publie une longue enquête sur le harcèlement au lycée militaire de Saint-Cyr, "une machine à broyer les femmes".


21h29 : Voici ce qu'il faut retenir de l'interview de Nicolas Sarkozy, sur TF1.




(TF1 / AFP)

21h28 : Rencontre au sommet du monde. Franceinfo s'est rendu au Pérou, où Saúl Luciano Lliuya tente de sauver la cordillère des Andes en s'attaquant à une multinationale, RWE, l'un des principaux émetteurs de gaz à effet de serre de la planète.

21h12 : L'Etat va commander 100 TGV nouvelle génération, auprès d'Alstom, d'ici fin juin, a annoncé Bruno Le Maire. Le futur modèle de TGV devrait transporter 700 personnes par rame (contre 550 actuellement), pour un prix d'achat inférieur à 25 millions d'euros pièce (30 millions aujourd'hui).

21h05 : "On se dirige vers un mouvement historique", estime Sud-Rail, sur franceinfo. Les syndicats de cheminots se félicitent de cette journée de mobilisation, première d'un "marathon".




(MAXPPP)

20h56 : Bonsoir @David71100, c'est étonnant parce que j'ai justement lu, dimanche dernier, un article à ce sujet sur le site de France 3 Bourgogne Franche-Comté. Selon Vigicrues, il s'agit par ailleurs d'une "crue normale de saison".

20h54 : Eh les parisiens la Saône se remet à déborder mais personne n'en parle bah oui c'est pas la Seine lol

20h50 : Bonsoir @anonyme, la mise en examen est la décision d'un juge d'instruction de poursuivre une enquête sur une personne, contre laquelle il existe "des éléments graves ou concordants", indiquant qu'elle ait pu participer à la réalisation d'un crime ou d'un délit. Ce n'est pas une condamnation, c'est pourquoi un mis en examen reste présumé innocent. Cette étape permet en outre au mis en examen d'accéder au contenu du dossier et de demander au juge de nouveaux actes d'enquête.

20h45 : Pouvez-vous me donner une définition de la mise en examen ? :)

20h45 : L'Interview de Nicolas Sarkozy est terminée, sur TF1. L'ancien président de la République, mis en examen dans l'enquête sur le possible financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007, a nié en bloc toutes les accusations et conclu en se disant "blessé pour notre pays".

20h39 : Nicolas Sarkozy affirme n'avoir pas rencontré Ziad Takieddine aux dates que ce dernier avance. "Je n'étais pas à Paris", a-t-il martelé, sur TF1. Sur Twitter, Mediapart répond : "Nicolas Sarkozy conteste l’intervention de Ziad Takieddine auprès de lui, mais oublie celle auprès de son équipe."

20h37 : "On met un ancien président de la République au même niveau que des escrocs."

20h35 : "Je défendrai mon honneur", affirme l'ancien président de la République.

20h34 : Nicolas Sarkozy assure que tous les éléments contre lui sont postérieurs à la guerre en Libye, mais Mediapart affirme avoir connaissance d'un "carnet" qui "consignait en 2007 les millions libyens de Nicolas Sarkozy".

20h31 : Sur Twitter, Fabrice Arfi, journaliste de Mediapart qui a révélé l'affaire, répond à Nicolas Sarkozy.

20h28 : Nicolas Sarkozy a trois ennemis désignés, pendant cette interview : le clan Kadhafi, qu'il qualifie d'"infâme", le site d'information Mediapart, qui a révélé l'affaire du financement de la campagne de 2007, et le "sinistre" Ziad Takieddine, aussi mis en examen dans ce dossier.

20h29 : "Il n'y a pas de preuve matérielle, il n'y a que la haine, la boue, la médiocrité, la calomnie."

20h22 : A plusieurs reprises pendant cette interview sur TF1, Nicolas Sarkozy qualifie le colonel Muammar Kadhafi de "dictateur infâme".