Grève des fonctionnaires : crèche, écoles, transports... Voici les principales perturbations attendues mardi

Les principaux syndicats appellent les fonctionnaires à se mobiliser mardi contre la réforme préparée par le gouvernement.

Des manifestants défilent contre la réforme de la SNCF, à Paris, le 22 mars 2018.
Des manifestants défilent contre la réforme de la SNCF, à Paris, le 22 mars 2018. (ALAIN JOCARD / AFP)

Prenez vos dispositions. Sept syndicats de la fonction publique appellent à une nouvelle journée de grève, mardi 22 mai, pour dénoncer le projet de réforme de la fonction publique du gouvernement et défendre leur pouvoir d'achat. Portes fermées, services au ralenti ou avions cloués au sol... Franceinfo revient sur les principales perturbations attendues.

Dans les crèches et l'Éducation nationale

L'accueil des tout-petits dans les crèches – un service municipal ou départemental hormis les établissements privés – sera perturbé avec des horaires d'ouverture restreints, comme dans une crèche du 18e arrondissement de Paris, ou des fermetures partielles ou totales, comme à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne).

Du côté des écoles maternelles et des écoles primaires, le principal syndicat du secteur, le Snuipp-FSU, table sur une participation équivalente à celle de la précédente journée de mobilisation, le 22 mars, à savoir quelque 20% de grévistes. Que les professeurs fassent cours ou non, accueils périscolaires et cantines seront chahutés.

Dans les collèges et lycées, le mouvement "devrait être suivi mais il y a une petite interrogation au lycée car plusieurs mardis ont déjà sauté et il y a un programme à terminer avant les révisions du bac", souligne Frédérique Rolet, secrétaire générale du Snes-FSU.

Sur les rails, sur la route et dans les airs

SUD-Rail, qui a déposé un préavis de grève illimitée, appelle ses troupes à se mobiliser mardi avec les fonctionnaires. Localement, des cheminots vont se joindre aux cortèges.

Dans les airs, face à un trafic en hausse, des syndicats de contrôleurs aériens appellent à la grève sur des revendications d'effectifs, de conditions de travail et de pouvoir d'achat. La Direction générale de l'aviation civile a recommandé aux compagnies aériennes de réduire de 20% leur programme de vols dans les aéroports d'Orly, Lyon et Marseille.

Sur la route, la fédération FO transports et logistique appelle à la mobilisation pour soutenir "sans réserve les luttes" des fonctionnaires et des cheminots. La branche de Force ouvrière menace par ailleurs d'un conflit à partir du 3 juin pour des sujets propres aux routiers.

Des coupures de courant par endroits

Dans le secteur de l'énergie, des turbulences sont à attendre car les quatre fédérations représentatives – CGT, CFE-CGC, CFDT et FO – appellent toutes à la grève pour la défense du service public de l'électricité. Elles citent les menaces qui pèsent sur le statut des salariés des industries électriques et gazières ou les barrages hydrauliques. Cette mobilisation pourrait se traduire par des baisses de la production électrique, le passage en heures creuses pour les usagers ou des coupures de courant.

Dans la santé et l'action sociale

Les personnels des hôpitaux et des services sociaux seront sans doute encore nombreux dans les défilés. Objectif : réclamer de meilleures conditions de travail et des effectifs plus importants. Mais la "continuité des soins" sera assurée du fait de la possibilité d'assigner les grévistes.

Pôle emploi, Météo France et la Poste au ralenti

Les conseillers de Pôle emploi sont appelés à faire grève par huit syndicats. Des rumeurs font état d'une éventuelle réduction de 4 000 postes dans les trois prochaines années. Les organisations syndicales jugent "inconcevable de supprimer des postes alors même que nous n'arrivons pas à accompagner tous les demandeurs d'emploi".

A Météo France, les personnels de ce service public qui a pour mission première la sécurité des personnes et des biens seront mobilisés eux aussi contre les suppressions de postes. Postiers, salariés de la culture et de l'audiovisuel public, personnels territoriaux dans les médiathèques battront aussi le pavé.