Urgences : des "beds managers" pour mieux gérer les lits dans un hôpital

À l'hôpital de Rouen (Seine-Maritime), la direction a choisi de recourir à une "gestionnaire de lit" afin de mieux dispatcher les malades, éviter l'encombrement et mieux planifier les hospitalisations.

FRANCE 3

Malgré les annonces d'Agnès Buzyn pour tenter de satisfaire les services d'urgences lundi 9 septembre, le personnel a reconduit la grève qui dure depuis plusieurs mois, jugeant les mesures insuffisantes. La CGT a même appelé à une journée de solidarité mercredi. Les grévistes espéraient l'ouverture de lits supplémentaires, mais la ministre de la Santé préfère recourir aux gestionnaires de lits. Un poste déjà mis en place dans plusieurs hôpitaux.

"On arrive à mieux visualiser"

À l'hôpital de Rouen, en Seine-Maritime, il y a 1 500 lits tous visibles sur plusieurs écrans de contrôle. "Les chambres occupées sont représentées en vert, les chambres disponibles ou en ménage apparaissent en marron", explique la "bed manager". "Quand parfois on a des situations plus tendues aux urgences, on arrive à visualiser (...) là on va pouvoir trouver des solutions pour les patients qui sont en attente d'hospitalisation", explique-t-elle. Les couloirs sont ainsi moins encombrés.

Le JT
Les autres sujets du JT
La ministre de la Santé Agnès Buzyn, lors de la présentation de son plan pour les urgences, à Paris, le 9 septembre 2019.
La ministre de la Santé Agnès Buzyn, lors de la présentation de son plan pour les urgences, à Paris, le 9 septembre 2019. (ERIC FEFERBERG / AFP)