Nouvelles mesures pour les urgences : "On a l'impression d'être compris, on va dans le bon sens"

François Braun, président de Samu-Urgences de France, a réagi lundi sur franceinfo après les annonces de la ministre de la Santé Agnès Buzyn.

François Braun, président de Samu-Urgences de France.
François Braun, président de Samu-Urgences de France. (LUC NOBOUT / MAXPPP)

Agnès Buzyn a dévoilé lundi 2 septembre une première salve de mesures pour "améliorer la situation" des services d'urgence "en surchauffe". D'autres annonces seront faites la semaine prochaine. Parmi les mesures dévoilées, l'admission directe pour les personnes âgées et la vidéo-assistance dans tous les Samu. "On a l'impression d'être compris", a déclaré sur franceinfo François Braun, président de Samu-Urgences de France. "On va bien dans le bon sens."

franceinfo : Mieux orienter les patients pour éviter d'encombrer les urgences. Que pensez-vous de cette proposition ?

François Braun : C'est une déclaration d'intention pour l'instant mais qui va dans le bon sens, dans une bonne compréhension de la problématique des urgences. Les services d'urgences ne représentent pas la maladie mais simplement un symptôme de dysfonctionnement de l'amont ou de l'aval. On a l'impression d'être compris.

Vous aviez des revendications spécifiques envers la ministre. Avez-vous été entendu ?

Nous avons été entendus dans les grandes lignes. La ministre propose des axes de travail sur l'amont des urgences, c'est-à-dire avant d'arriver aux urgences en mettant la régulation médicale du Samu et des médecins généralistes comme un point essentiel. Egalement, dans l'organisation des urgences avec la proposition que nous avions demandée d'infirmières en pratique avancée et enfin dans l'organisation de l'hôpital avec des filières spécifiques pour des patients pris en charge en urgence comme les personnes âgées. Donc, on va bien dans le bon sens.

Est-ce suffisamment concret ?

Ce n'est pas encore une feuille de route, on est encore dans des grandes lignes. La ministre nous réunit tous lundi prochain au ministère de la Santé pour, je pense, faire des propositions concrètes. Mais on voit bien que la compréhension sur la globalité du problème a l'air d'être dans la tête de notre ministre et du ministère de la Santé, ce qui est pour une fois quelque chose de très positif parce que nous n'avions pas eu cette écoute avec les ministres précédents.

Qu'allez-vous demander lundi ?

Nous souhaitons la mise en avant d'un numéro d'appel santé unique qui va de la problématique de permanence des soins jusqu'à la problématique de l'urgence grave et de la réanimation. Ce n'est pas au patient que l'on va demander de choisir le numéro qu'il doit faire en cas de problème de santé. Nous souhaitons développer des plateformes communes de régulation médicale avec nos collègues généralistes, avec au bout du fil des assistants de régulation médicale qui vont commencer à être formés spécifiquement et avec des médecins généralistes et urgentistes.