"Il y a trop de discorde" : après sa mobilisation dans la rue jeudi, le secteur hospitalier est divisé sur la suite du mouvement

Environ 10 000 personnes, personnels hospitaliers, ont manifesté jeudi dans Paris. Lors d'une assemblée générale dans la soirée, les participants ont décidé d'une nouvelle journée d'action d'ici la fin du mois. 

L\'assemblée générale du collectif Inter-hopitaux dans l\'amphithéatre de la faculté de médecine de Paris le 14 novembre 2019. 
L'assemblée générale du collectif Inter-hopitaux dans l'amphithéatre de la faculté de médecine de Paris le 14 novembre 2019.  (LUC NOBOUT / MAXPPP)

Après la manifestation de jeudi 14 novembre, qui a réuni 10 000 personnes à Paris, quelle suite pour le mouvement du secteur hospitalier ? Alors qu'Emmanuel Macron a promis un plan pour l’hôpital, qui sera annoncé par son Premier ministre mercredi prochain, le secteur se demande s'il doit rejoindre le mouvement du 5 décembre prochain contre la réforme des retraites. Jeudi soir, les participants à une assemblée générale du collectif Inter-hôpitaux ont paru divisés sur la question. 

Ils sont des centaines dans un amphithéâtre bondé de la faculté de médecine de la Pitié-Salpétrière. L'ambiance est à l'euphorie après la manifestation réussie qui a mobilisé 10 000 hospitaliers dans les rues Paris. Dans cette salle, remplie en majorité de médecins, on acclame d’abord les urgentistes, à l'initiative du mouvement au printemps dernier. L'atmosphère, un brin potache, rappelle celle des amphis d’étudiants en médecine et les anciens évoquent même Mai-68. 

En revanche, lorsqu'il faut parler de la suite de la mobilisation, la belle union s'effrite. Les questions fusent : faut-il se joindre à la manifestation générale du 5 décembre, celle sur les retraites ? "C'est une convergence des luttes", lance un participant au micro alors qu'un autre plaide ensuite pour une autre date, spécifique à l'hôpital. "Nous sommes un collectif censé parler de l'hôpital", dit-il. 

Une nouvelle manifestation le 30 novembre

L’heure avance, la fatigue se ressent, l’ambiance est tendue. À une courte majorité, les participants décident d’une nouvelle manifestation pour l’hôpital le samedi 30 novembre. Ceux qui le souhaitent iront manifester en leur nom le 5 décembre. Les avis sont mitigés sur cette décision.

On n'a pas pu terminer parce qu'on est divisés. Les syndicats ont complètement noyauté cette réunion.Une participanteà franceinfo

"Il y a trop de discorde, rajoute une autre participante. Le 5 décembre ça va être une grève générale et on est concernés. Outre nos problèmes à l'hôpital, il y a aussi nos retraites et nous serons de futurs retraités. Je ne vois pas le problème d'aller manifester le 5". Finalement, l'assemblée générale se termine et personne n'est vraiment satisfait de l'issue de la réunion. 

Le reportage de Solène Le Hen
--'--
--'--