La grève des taxis reconduite mercredi, la préfecture invite les automobilistes à éviter la porte Maillot, le quartier de Bercy et les aéroports parisiens

Le Premier ministre a reçu les représentants des taxis à Matignon après des manifestations à Paris et dans les grandes villes de France.

Des CRS interviennent contre les taxis grévistes, le 26 janvier 2016 près de la porte Maillot, à Paris.
Des CRS interviennent contre les taxis grévistes, le 26 janvier 2016 près de la porte Maillot, à Paris. (THOMAS SAMSON / AFP)
avatar
Yann ThompsonCatherine FournierKocila MakdecheFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Le mouvement de grève des taxis est reconduit mercredi 27 janvier. La préfecture de police de Paris invite les automobilistes à "contourner largement les abords de l'Ouest parisien et l'Est parisien" dans les quartiers de la Porte Maillot et de Bercy, et d'éviter les aéroports en raison de la reconduction des manifestations de taxi, dans un communiqué transmis à l'AFP, mardi. "Les rassemblements dans la capitale aux abords de la Porte Maillot et de la place du Bataillon du Pacifique (dans le quartier de Bercy) sont maintenus cette nuit et reconduits pour la journée du mercredi 27 janvier. Dès 6 heures, de nouveaux rassemblements sont envisagés sur les sites des aéroports d'Orly et de Roissy Charles-De-Gaulle", a annoncé la préfecture.

Les chauffeurs de taxi se font à nouveau entendre depuis mardi matin. A Paris comme en province, ils étaient mobilisés par milliers contre ce qu'ils estiment être des dérives des sociétés de voitures de transport avec chauffeur (VTC), accusées de ne pas respecter la loi. Le secteur est en effet encadré depuis octobre 2014 par la loi ThévenoudLes taxis réclament notamment une compensation à la baisse d'activité et la chute des prix des licences, dues selon elles à la concurrence de VTC qui cassent les prix.

Un blessé en Ile-de-France. Des mobilisations ont eu lieu à Paris, Marseille, Toulouse, Grenoble et Lille, où des chauffeurs de VTC ont été pris à partie par les taxis. En région parisienne, la circulation a été brièvement interrompue sur le périphérique, alors qu'un chauffeur a été blessé à Orly par un mini-bus.

En fin d'après-midi, le préfet de police de Paris Michel Cadot a appelé les chauffeurs de taxi à "se disperser afin de permettre aux Franciliens de regagner sans encombre leur domicile à l'issue de leur journée de travail."

Quatorze personnes en garde à vue. A la suite d' incidents et de perturbations, aux abords des aéroports de Roissy et Orly, ainsi que sur le périphérique parisien, quatorze personnes ont été placées en garde à vue pour des violences et des incendies (feux de pneus).

Un médiateur nommé par Manuel Valls. Après avoir reçu à Matignon les représentants des taxis en colère, Manuel Valls a annoncé l'ouverture d'une concertation, et la nomination d'un médiateur dans les 48 heures.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #GREVE

22h45 : Le mouvement des taxis est reconduit mercredi, indique la préfecture de Paris. Les automobilistes sont invités à éviter la porte Maillot, le quartier de Bercy et les aéroports parisiens.

20h40 : Les taxis, eux, restent largement mobilisés au niveau de la porte Maillot à Paris : 600 à 800 véhicules bloquent actuellement la place, selon Frédéric Crotta, le reporter de France 2 sur place.




(FRANCE 2)

20h48 : Tout dépend du salaire du fonctionnaire au départ, en-dessous de 2 500 euros pour un professeur des écoles est inadmissible.

20h48 : Et nous, les pauvres petits salariés, toujours les mêmes qui se plaignent le plus, ils ont la sécurité de l'emploi, des avantages, retraite avant les autres, ce sont ceux qui se plaignent le plus qui ne sont pas à plaindre.

20h47 : Ceux qui ont la sécurité réclament plus aux frais de ceux qui prennent des risques.

20h38 : Dans les commentaires, vous êtes nombreux à donner votre avis sur le mouvement de grève des fonctionnaires. Pour certains, la sécurité d'emploi garantie par la fonction publique est un avantage certain sur le secteur privé. Pour d'autres, la rémunération des professeurs est trop basse.

19h53 : "La journée d'action du 26 janvier fera date : elle a rassemblé la plus forte mobilisation dans la Fonction publique depuis l'élection de François Hollande"

Mais combien étaient les grévistes, ce mardi ? Nous vous disons tout sur la mobilisation dans notre article.

19h25 : Ils sont arrivés dès 4h30 du matin à la porte Maillot, à Paris. Les chauffeurs de taxi parisiens ont manifesté, aujourd'hui, dans la capitale, contre la concurrence jugée déloyale des VTC. J'étais sur place. Voici sept choses que j'ai vues ou entendues lors de mon reportage (dont ce stand de merguez improvisé).


17h34 : "130 à 150 000 manifestants" parmi les fonctionnaires, "plus forte mobilisation" depuis l'élection de Hollande, selon la CGT.

17h11 : @anonyme En effet. Selon notre journaliste Clément Parrot, qui a suivi la mobilisation des taxis porte Maillot, certains, insatisfaits des annonces de Manuel Valls, se sont dits prêts à passer la nuit là.

17h04 : Je suis pas loin d'un groupe de taxis qui bloque porte Maillot ils sont en train de dire qu'ils vont dormir ici

15h35 : Voici un extrait du point de presse d'Ahmed Senbel, président de la Fédération nationale des taxis indépendants, à l'issue de la réunion avec le Premier ministre. Manuel Valls a promis de renforcer les contrôles contre les chauffeurs VTC qui ne respectent pas la loi et de nommer un médiateur chargé de réfléchir à des solutions garantissant une concurrence saine.


15h37 : On retrouve notre journaliste Clément Parrot, qui suit à la porte Maillot les réactions des taxis après les annonces de Manuel Valls sur une concertation et la nomination d'un médiateur. Ils ne sont visiblement pas très convaincus et sont prêts à poursuivre le mouvement.

15h15 : La France connaît un mouvement de grève d'ampleur aujourd'hui. Taxis, agriculteurs, enseignants manifestent leur mécontentement. Mais en cette période d'état d'urgence, en ont-ils le droit ? J'ai fait le point dans cet article.

Des chauffeurs de taxis bloquent le périphérique de Marseille (Bouches-du-Rhône) pour manifester contre la concurrence des VTC, le 26 janvier 2016.
(BORIS HORVAT / AFP)

14h59 : Manuel Valls confirme l'ouverture d'une concertation et la nomination d'un médiateur pour régler la crise des taxis.

14h50 : Une table ronde aura lieu dans les 15 jours avec les ministres concernés, précise le délégué général de la Fédération nationale des taxis indépendants sur BFMTV. Selon lui, Manuel Vall s'est déclaré "conscient de la situation" et s'est dit prêt à "renforcer les contrôles".

14h42 : A la sortie de la réunion avec Manuel Valls à Matignon, un représentant des taxis annonce que le gouvernement va nommer dans les 48 heures une personnalité "qui aura pour mission de faire des propositions pour restaurer l'équilibre économique du secteur".

14h11 : Le calme est de retour porte Maillot, où des taxis sont rassemblés. Selon notre journaliste sur place, les manifestants en profitent pour discuter et critiquer le gouvernement, notamment le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron.

13h30 : Voici la déclaration de Manuel Valls sur les violences de ce matin.


(FRANCETV INFO)

13h06 : Voici les articles les plus consultés en ce moment sur francetv info :

• Vous suivez activement notre direct sur les mobilisations des taxis et des fonctionnaires. Une délégation de chauffeurs de taxis doit être reçue par Manuel Valls, qui a condamné les "violences" commises lors des manifestations.

Le premier "bébé-docteur" français a 5 ans. Umut-Talha avait été conçu à l'hôpital Antoine Béclère, à Clamar, dans l'espoir de soigner sa sœur atteinte de bêta-thalassémie. Cette jolie histoire vous passionne.

• Après la polémique sur son absence de réaction face au président de l'association musulmane BarakaCity, sur Canal+, Najat Vallaud-Belkacem répond dans les colonnes du Parisien. "Comment a-t-on pu laisser un tel individu s'exprimer ?", réagit la ministre.

13h00 : Vous avez raté les événements de ce matin ? Voici un résumé des heurts qui ont opposé les taxis aux CRS, porte Maillot à Paris.


(B. DELOMBRE / FRANCE 3)

12h55 : Les fonctionnaires manifestent aujourd'hui pour réclamer une hausse de leur pouvoir d'achat. Faut-il donner un coup de pouce à leurs salaires ? C'est la question du Grand Soir 3 et vous pouvez y répondre ici. Sachez que le "non" l'emporte pour l'instant.

12h48 : "Il y a un droit de manifester. Il faut le respecter, même dans cette période d'état d'urgence. Mais les violences sont inadmissibles, aucune cause ne peut justifier une telle violence."

C'est ce qu'a déclaré le chef du gouvernement à la sortie de la réunion du groupe socialiste à l'Assemblée. Il doit recevoir dans la foulée à Matignon une délégation d'organisations professionnelles de taxis.

12h48 : Les chiffres de la mobilisation dans l'Education nationale sont tombés. Quelque 11% des agents de l'Education nationale, tous niveaux confondus, ont répondu à l'appel à la grève de plusieurs syndicats, selon le ministère de l'Education. La mobilisation est plus forte chez les enseignants du collège (22,32%) que dans le primaire (12,24%).

12h21 : Chauffeurs de taxi et fonctionnaires sont en grève ... Valls reçoit les taxis, pas les fonctionnaires. Tout un programme...

12h21 : Ah... Les taxis seront reçus par Valls : et les autres ?

12h21 : Mon conseil aux fonctionnaires : brûlez des pneus, bloquez les routes, et on vous écoutera...

12h21 : Vous êtes plusieurs dans les commentaires à critiquer le fait que Manuel Valls reçoive exclusivement les taxis ce midi et non les fonctionnaires, qui manifestent également aujourd'hui.

12h17 : Le Premier ministre Manuel Valls condamne les violences "inadmissibles" des taxis.

12h16 : Notre journaliste Clément Parrot est toujours porte Maillot, à Paris. Selon lui, les esprits s'échauffent entre les taxis qui manifestent et les CRS.

12h10 : Deux manifestations sont prévues cet après-midi à Paris. Pour connaître les axes à éviter, France 3 Ile-de-France a publié une carte des cortèges.

Carte des différents cortèges de manifestants dans les rues de Paris, mardi 26 janvier 2016. © France 3 Paris IDF

11h54 : On retrouve notre journaliste qui suit la situation au niveau de la porte Maillot, où des chauffeurs de taxis espagnols se chargent de l'animation de la journée.