Cet article date de plus de neuf ans.

Google s’offre les téléphones Motorola pour affronter Apple

En s’offrant les téléphones Motorola pour 12,5 milliards de dollars cash (8,7 milliards d’euros), le géant de l’Internet espère renforcer ses positions face à Apple, seul opérateur à proposer aujourd'hui le téléphone et son système d'exploitation. _ Mais pour servir cette stratégie, Google a dû casser sa tirelire.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Radio France © France Info)

C’est la plus grosse acquisition jamais réalisée par la firme de Mountain View (Californie) : un chèque de 12,5 milliards de dollars qui devrait être signé fin 2011, début 2012. Aux actionnaires de Motorola, l’un des leaders de la téléphonie mobile, Google va offrir une prime de 63% sur le cours de clôture de vendredi à Wall Street. Dans la foulée de l’annonce de ce rachat, l’action de la firme Motorola a bondi de plus de 56%.

Cette acquisition marque surtout un changement de stratégie pour le géant de l’Internet.
Jusqu’à présent, Google s’était taillé une part de choix sur le marché des smartphones avec Android, un système d’exploitation qui équipe près de la moitié des combinés multimédias à travers le monde. Mais le groupe pâtit d’un déficit de propriété intellectuelle dans la téléphonie sans fil pour faire face à l’iPhone d’Apple ou la puissance de feu de Microsoft.
En s’offrant l’inventeur de l’autoradio et du talkie-walkie, Google profite des milliers de brevets que possède Motorola, et marque un point dans la guerre des brevets qui l'oppose à Apple et Microsoft.

L’objectif de Google est de proposer le logiciel et le matériel, ce que seul Apple (19% du marché) avait réussi à faire jusqu’à présent. Dans le même temps, Google affirme qu’Android restera à la disposition de tous les autres fabricants de téléphones. Une option stratégique qui place l’entreprise au million de serveurs dans une position étrange, où elle fournit un environnement tout en étant en concurrence avec ses clients.
_ L’acquisition de Motorola pourrait donc, à terme, entraîner une véritable redistribution des cartes dans la téléphonie mobile. Les Nokia, Samsung, HTC, Sony Ericsson et LG Electronics pouvant être tentés de se tourner vers le système d’exploitation Windows Mobile pour protéger leur indépendance.

Gilles Halais, avec agences

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.