Regardez l'émission "Cash Investigation" consacrée aux "Panama Papers"

Les révélations de l'opération "Panama Papers" lèvent le voile sur un vaste système d'évasion fiscale impliquant hauts responsables politiques, sportifs et milliardaires.

Voir la vidéo
Ce qu'il faut savoir

Les révélations issues des "Panama Papers" continuent, mardi 5 avril. Séisme politique en Islande, lancement d'enquêtes en France, en Espagne et en Australie, indignation de la Russie, démentis en cascade : les répercussions sont mondiales. "Cash Investigation" promet des informations inédites, mardi sur France 2, à 20h50.

 Le Premier ministre islandais démissionne. Touché par le scandale des "Panama Papers", David Gunnlaugsson quitte son poste, annonce son parti.

La France décide de réinscrire le Panama sur la liste des Etats et territoires non coopératifs. Le Panama était sorti de la liste noire des paradis fiscaux établie par l'OCDE en 2009. En 2012, la France avait à son tour rayé le pays de sa liste.

Le FN dans la tourmente. Selon Le Monde, des proches de Marine Le Pen ont élaboré "un système offshore sophistiqué" pour sortir quelque 316 000 euros de France. Florian Philippot, numéro 2 du FN, affirme que son parti n'est en rien impliqué dans le scandale.

La Société générale épinglée. Toujours selon Le Monde, la banque française compte à son actif 979 sociétés offshore, dont les deux tiers créées via sa filiale au Luxembourg. Les autres filiales concernées sont notamment basées en Suisse et aux Bahamas.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PANAMAPAPERS

23h55 : Il affirme n'avoir commis aucun "méfait". Gianni Infantino, le nouveau président de la FIFA, est cité dans les "Panama Papers" pour son rôle dans la signature, en 2006 et 2007, de contrats douteux entre l'UEFA et une société offshore. Plus de détails dans notre article.

23h41 : C'est ahurissant .. On a l'impression que c'est à nous citoyens de réagir, la lanceuse d'alerte sur le plateau de cash investigation, va être mise à la porte de son appart dans quelques jours!! Honte au gouvernement !! Merci à vous France 2.

23h40 : Aux USA, le lanceur d'alerte sur les magouilles d'UBS fut remnunéré a la sortie de prison, en France le lanceur d'alerte recolte procès et misère, est ce normal ?

23h40 : Monsieur Sapin veut protéger les lanceurs d'alerte. Alors je dis CHICHE!!! Quand accueille-t-on Edward Snowden en France?

23h40 : - L'émission CASH INVESTIGATION de ce jour incarne le service et l'information du public. Merci à France Télévisions d'avoir soutenu et diffusé cette émission.La balle est maintenant dans le camp des politiques : prendront-ils les bonnes décisions ou laisseront-ils monter une nouvelle grogne du "peuple" ?

23h39 : Je travaille pour la Société Générale. J'ai honte....

23h39 : Bravo Élise Lucet et toute son équipe 👏🏻👏🏻Quel travail extraordinaire ,que cette émission continue tres longtemps ...

23h39 : Vous êtes nombreux à commenter l'émission Cash Investigation, dont la diffusion vient de s'achever sur France 2. Vos commentaires soulignent notamment le manque de protections dont bénéficient, selon vous, les lanceurs d'alerte.

23h08 : Il serait normal et judicieux que les journalistes donnent les "listes" aux services fiscaux. Maintenant que les français sont informés il faut poursuivre les concernés.

23h08 : Je regarde l'émission ... Je suis dégoûté, j'espère qu'ils vont tous payer, ça ne doit pas s'arrêter là.

23h07 : Cash investigation, ecoeuré par l impunité de ces fraudeurs alors que l on demande aux salariés de se serrer la ceinture.Le discours de ma boite pour justifier les non augmentation de salaire passe mal apres ce reportage. La crise n est pas pour tous le monde.

23h07 : MERCI Cash Investigations. Vos émissions sont toujours de qualité et là, vous avez placé la barre très haut!#CoupDePiedDansLaFourmiliere

23h06 : Vous êtes plusieurs à réagir dans les commentaires à la diffusion de Cash Investigation. Voici quelques-unes de vos réactions.

23h04 : "Le Panama s'est engagé, mais il n'a cessé ensuite de tergiverser. Il ne nous donne que des informations très partielles."

Interrogé par Elise Lucet, Michel Sapin confirme que la France va réintroduire le Panama sur sa liste noire des paradis fiscaux. "La décision a été prise ce matin avec le président de la République et le Premier ministre. Ça sera fait le plus rapidement possible", assure-t-il.

22h55 : "C'est un très beau travail qui a été fait."

Le ministre des Finances, Michel Sapin, réagit sur le plateau d'Elise Lucet à la diffusion de Cash Investigation. Il juge ces fraudes fiscales "inadmissibles".

22h39 : A son tour, la Société générale réagit sur Twitter à sa mise en cause dans Cash Investigation.

22h32 : L'ancien trader de la Société générale Jérôme Kerviel, commente sur Twitter la diffusion de Cash Investigation. Le magazine de France 2 vient d'évoquer le cas du PDG de la banque, Frédéric Oudéa, qui affirmait en 2012 devant une commission sénatoriale que la banque avait "fermé ses implantations" dans les paradis fiscaux, y compris au Panama. Ce qui était manifestement faux...



21h14 : Bonsoir @maxime. En effet, selon les documents, le Suisse Gianni Infantino, récemment élu à la tête de la FIFA, aurait signé en 2006 et 2007 des contrats commerciaux, au nom de l'UEFA, avec une entreprise offshore détenue par des hommes d'affaires actuellement inculpés par la justice américaine dans le cadre de l'enquête sur le scandale de la FIFA, note Le Monde.

21h14 : Bonsoir, le Président de la FIFA serait mis en cause par les "Panama Papers" ?

21h01 : Si vous avez des questions sur les "Panama Papers", n'hésitez pas à nous les poser. L'équipe de Cash Investigation y répondra dès demain sur francetv info.

21h01 : C'est parti pour l'émission Cash Investigation, présentée par Elise Lucet sur France 2. L'équipe du magazine a eu accès aux désormais fameux "Panama Papers". Pour les impatients, voici quelques extraits vidéos en avant-première :

Michel Platini détient une société offshore au Panama

La Société générale gérerait des dizaines de sociétés écrans dans les paradis fiscaux

Quand Patrick Balkany refuse de répondre

20h24 : François Hollande s'est déjà frotté les mains, hier, des "rentrées fiscales" que pourraient permettre les révélations des "Panama Papers" : les documents contiennent le nom d'un millier de résidents français. Mais comment le fisc peut-il mettre la main sur les données, et que risquent ces Français s'ils se sont livrés à des activités illégales ? Je réponds à ces questions dans cet article.

20h05 : Le Panama n'accepte pas la décision de Paris de placer à nouveau cet Etat sur sa liste noire des paradis fiscaux. Le gouvernement panaméen annonce qu'il va prendre des mesures de rétorsion contre la France.

19h37 : Les révélations des "Panama Papers" ont remis au centre de l'actualité trois affaires déjà bien connues. Francetv info revient sur ce que ces fuites apportent de nouveau dans les affaires Guérini, Cahuzac et Balkany.



(AFP)

19h09 : En 2012, le PDG de la Société générale affirmait devant les sénateurs que sa banque avait fermé ses implantations dans les paradis fiscaux. Les "Panama Papers" disent le contraire. Voici un extrait du numéro de "Cash Investigation" à voir ce soir sur France 2.

18h15 : Je vous laisse en compagnie d'Ilan Caro qui regardera avec vous les révélations de "Cash Investigation" sur les dès 20h55 sur France 2. Bonne soirée à tous et à demain !

leonardo dicaprio wolf of wall street

18h04 : Qu'est-ce qu'on regarde ce soir à la télévision ? "Cash Investigation" évidemment ! A partir de 20h55, le magazine de France 2 dévoile son enquête sur les #PanamaPapers.

18h08 : Des milliers de manifestants avaient réclamé la démission de leur Premier ministre hier soir dans la capitale, Reykjavik. L'opposition de gauche au Parlement avait déposé une motion de censure contre le chef du gouvernement. Et pour la première fois, mardi, des proches l'avaient publiquement désavoué.

18h09 : Le Premier ministre islandais apparaissait de plus en plus isolé. Le président avait refusé, cet après-midi, de dissoudre le Parlement, comme le chef du gouvernement le lui demandait. Un refus sans précédent dans l'histoire de l'Islande, la plus ancienne démocratie parlementaire du monde.

Le Premier ministre islandais, David Gunnlaugsson, le 4 avril 2016 au Parlement.

HALLDOR KOLBEINS / AFP)

17h57 : La société offshore du Premier ministre islandais a même été créancière des principale banques islandaises en faillite après la crise financière de 2008, auxquelles elle réclamait 500 millions de couronnes (3,5 millions d'euros aux taux de change actuels).

17h56 : Selon le rapport publié par l'ICIJ, Sigmundur David Gunnlaugsson "a continué à cacher" l'existence de ses actifs quand il est devenu Premier ministre, en "violation des règles éthiques" de l'Islande. L'intéressé affirme n'être tenu de déclarer que des "activités commerciales".

17h56 : Quand il a été élu député en avril 2009, Sigmundur David Gunnlaugsson a omis cette participation dans sa déclaration de patrimoine. Il a cédé ses parts, soit 50% du capital, à son épouse fin 2009 pour un dollar symbolique.

17h55 : D'après des documents dévoilés par le Consortium international des journalistes d'investigation, le Premier ministre islandais Sigmundur David Gunnlaugsson a détenu des millions de dollars dans une société ayant son siège aux îles Vierges britanniques, appelée Wintris, avec son épouse Anna Sigurlaug Palsdottir, fille d'un riche concessionnaire automobile.

17h50 : Le Premier ministre islandais Sigmundur David Gunnlaugsson démissionne, selon son parti, après les révélations des "Panama Papers" sur ses avoirs dissimulés dans des paradis fiscaux via des sociétés offshore.

17h48 : Selon Le Monde, les dirigeants de la Société générale sont convoqués ce soir à Bercy. Le ministre des Finances, Michel Sapin, doit notamment recevoir le PDG de la banque, Frédéric Ouéda. Cette entrevue survient après les révélations des "Panama Papers" sur les sociétés offshore créées dans des paradis fiscaux par le groupe bancaire français.

17h36 : Selon Le Monde, un millier de Français sont cités dans les "Panama Papers". La justice française a d'ailleurs ouvert une enquête sur ce scandale d'évasion fiscale. Et la France souhaite obtenir ces documents afin d'enquêter. Voici comment le fisc français peut exploiter ces fichiers.

17h27 : Avec Lionel Messi, Gabriel Heinze ou encore Ivan Zamorano, l'équipe-type des footballeurs cités dans l'affaire des "Panama Papers" a de l'allure. Les footballeurs gagnant de plus en plus d'argent, ils sont tentés d'en camoufler au fisc. Des combines, plus ou moins légales, existent. Elles sont connues depuis une quinzaine d'années et difficiles à contrer. Voici comment dribbler les agents du fisc aussi bien que les défenseurs adverses.




(RAUL SIFUENTES/STR / LATINCONTENT WO / GETTY IMAGES)

17h13 : En Argentine aussi les révélations des "Panama Papers" pourraient provoquer un séisme politique. Le nom du président argentin Mauricio Macri apparaît dans les registres d'une seconde société offshore, Kagemusha, créée en 1981 au Panama. La Nacion le révèle.

17h06 : "Je ne suis pas du tout dans l'affaire des Panama Machin !"

Des soupçons de fraude fiscale visent Jean-Marie Le Pen. Son majordome, Gérald Gérin, apparaît comme l'ayant-droit d'un trust basé aux îles Vierges britanniques. Y figureraient 2,2 millions d'euros, notamment sous forme de lingots et de pièces d'or. Le père de Marine Le Pen se défend et nie dans Le Parisien.

16h49 : Ces révélations ne sont que la partie émergée d'un énorme iceberg qui va des Etats-Unis (Delaware) à l'Asie-pacifique (Samoa) en passant par la Suisse etc...

16h52 : @anonyme : Posséder une entreprise au Panama n'est pas, en soi, illégal. Mais le Panama est connu comme un paradis fiscal. Les doutes sont donc permis sur les intentions réelles de ceux qui créent des sociétés là-bas. Et comme vous êtes nombreux à vous poser des questions. Nous avons interrogé des spécialistes de l'évasion fiscale.

16h47 : Pourquoi les sociétés offshore peuvent être légales comme l'affirme la Société générale ? Je ne comprends plus.

16h43 : Patrick Balkany apparaît dans le scandale des "Panama Papers". Le maire de Levallois aurait utilisé un prête-nom via Mossack Fosenca au Panama pour acquérir une villa près de Marrakech. "Cash Investigation" a tenté d'en savoir plus. Mais Patrick Balkany a refusé de répondre. Voici cet extrait du magazine à voir ce soir à 20h55 sur France 2.