Cet article date de plus de deux ans.

Mis en examen, "Franck Provost est très serein", affirme son avocat

Le coiffeur et hommes d'affaires Franck Provost a été mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale aggravée : il est soupçonné d'avoir utilisé au sein de son réseau de salons de coiffure un logiciel frauduleux permettant de détourner des recettes encaissées en espèces.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le coiffeur et hommes d'affaires Franck Provost mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale aggravée. (ALEXIS SCIARD / MAXPPP)

"Franck Provost est très serein", affirme son avocat Maître Philippe Bouchez El Ghozi jeudi 23 décembre à franceinfo, après la révélation de la mise en examen de son client deux jours auparavant pour "abus de bien sociaux" et "blanchiment en bande organisée de fraude fiscale aggravée". Il remet la faute sur l'ex-directeur financier du groupe.

L'avocat assure que son client "a toujours payé la totalité de ses impôts depuis qu'il a commencé à travailler à l'âge de 14 ans. Il n'a rien à se reprocher", alors que le coiffeur est soupçonné d'avoir détourné plusieurs millions d'euros, soit environ 10% des recettes en espèces encaissées entre 2001 et 2021, a appris franceinfo auprès d'une source proche de l'enquête.

Philippe Bouchez El Ghozi rejette la faute sur le directeur financier du groupe, expliquant que le coiffeur "a fait le ménage sur quelqu'un qui a profité du système et a allègrement pillé [son groupe] Provalliance et Franck Provost" en 2014. L'ex-directeur amdinistratif et financier a également été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire dans cette affaire.

Le coiffeur est poursuivi pour avoir utilisé un "logiciel frauduleux permettant de détourner des recettes encaissées en espèces", en ré-éditant des tickets de caisses correspondant à de faux montants et en recalculant les comptes des salons de coiffure. Au total, six personnes sont mises en examen dans cette affaire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.