Cet article date de plus de six ans.

La SNCF va lutter contre la fraude

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions

La fraude coûte chaque année 100 millions d'euros pour les Transiliens en Île-de-France, 100 sur les grandes lignes et les derniers 100 millions pour les TER.

La chasse aux fraudeurs est bel et bien lancée. De nouvelles amendes de la SNCF sont entrées en vigueur, ce lundi 2 mars, au matin.
En cas de fraude, l'addition est désormais salée. Les voyageurs sans billet paieront désormais 50 euros pour les trajets inférieurs à 150 km, contre 35 euros précédemment. Soit près de 50% de hausse. La contravention passe, elle, à 88 euros en cas de non-paiement, avant d'atteindre 375 euros au bout de deux mois.

"Ce n'est pas une entreprise gratuite"

"Je trouve que c'est un vol manifeste", déplore un usager. "Si on baissait le prix des billets, il y aurait peut-être moins de fraudes", estime un autre, au micro de France 3.
L'objectif de l'entreprise ? Lutter contre la fraude qui lui coûterait 300 millions d'euros par an. Transiliens, grandes lignes ou TER, toutes les lignes sont touchées par ce fléau. "Notre objectif c'est de réduire de manière totale la fraude à bord des trains. La SNCF est une entreprise publique. Ce n'est pas une entreprise gratuite", assure une employée de l'entreprise.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.