Cet article date de plus de deux ans.

Carte bancaire, virement, prélèvement : la fraude en nette baisse en France, sauf pour les chèques

Les moyens de paiement sont de plus en plus fiables en France. La fraude a baissé de 7% en 2017. Mais les chèques restent victimes de nombreuses arnaques.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Carte bancaire, chèque et espèce : des moyens de paiement très utilisés par les Français (JULIO PELAEZ / MAXPPP)

Si vous utilisez une carte bancaire, ou si vous privilégiez le prélèvement ou le virement pour vos transactions, vous diminuez nettement les risques d'être victime de fraudes. Selon l'observatoire annuel de la Banque de France, la fraude a régressé de 54 millions d'euros en 2017, malgré une hausse continue du nombre d'échanges monétaires.

Une fraude en forte baisse

Une amélioration de la situation grâce à une prise de conscience de l'ensemble des acteurs économiques : les pouvoirs publics, les commerçants, les professionnels, les associations de consommateurs. "Nous voyons une baisse du taux de fraude dans les paiements sur Internet, grâce aux SMS d'identification. Sur les prélèvements et les virements, ce sont les moyens de paiements les plus sûrs de tous", se félicite François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France. Le taux de fraude sur les virements est infime : 0,0003%. Et pour les cartes bancaires, la fraude n'a jamais été aussi basse sur les dix dernières années.

Les chèques, "un refuge pour fraudeur"

La Banque de France note des risques plus importants à l'étranger, mais la fraude recule également. "Et en France, nous regardons en particulier les paiements à distance qui eux aussi sont plus risqués que les paiements chez les commerçants mais avec de vrais progrès de la sécurité", indique François Villeroy de Galhau.

Un point noir majeur persiste : la fraude aux chèques volés ou falsifiés a fait un bond de 9% en 2017, avec près de 300 millions d'euros détournés. À tel point que les chèques sont considérés comme "un refuge pour fraudeur""Il y a des montants moyens de plusieurs milliers d'euros mais il y a pu avoir des fraudes plus importantes. Les Français restent attachés à la possibilité de payer par chèque et cela va demeurer", s'inquiète le gouverneur de la Banque de France. Il milite pour l'accélération de la mise en place d'autres moyens de paiement pour éviter cette fraude.

Il faut développer de plus en plus des moyens alternatifs dont le virement instantané entre particuliers que les banques sont en train de développer

François Villeroy de Galhau

franceinfo

Parmi les nouvelles pistes, on trouve des applications qui permettent de payer avec son smartphone ou encore des virements grâce aux assistants vocaux. Il est encore trop tôt pour mesurer le risque de fraude.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Fraude

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.