Cet article date de plus de neuf ans.

Fraude à la Société Générale : une enquête est ouverte

La fraude a porté sur des engagements de 40 à 50 milliards d'euros, ce qui au final a occasionné près de 5 milliards d'euros de pertes. La Société Générale a porté plainte. Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Radio France © France Info)

Il avait mis au point un système parallèle indétectable, et s'en était abondamment servi, tout au long de l'année 2007. La fraude a porté sur des positions de 40 à 50 milliards d'euros d'engagements. Au final, ce sont près de 5 milliards d'euros -- 4,9 précisément -- qui se sont ainsi évanouis dans la nature. Les bénéfices de la Société Générale sont ainsi passés, pour 2007, de plus de 5 milliards à 700 millions d'euros.
_ Une prouesse d'un genre assez curieux, qui serait le fait d'un seul homme, un trader employé à la Société Générale depuis 2000.

La fraude a été découverte dimanche, après un banal contrôle. Décision a été prise de garder le silence jusqu'à aujourd'hui, le temps de laisser passer l'orage qui a touché les places boursières en début de semaine. Le temps également de déboucler les positions frauduleuses prises par le trader avant de les dévoiler au marché.

Le scandale éclate donc aujourd'hui. Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire
pour “escroquerie, abus de confiance, faux et usage de faux, complicité et recel”, suite à la plainte déposée par un petit porteur. La brigade financière est saisie de l'enquête.

Car pour l'instant le mystère reste entier. Les dirigeants de la banque expliquent que le détournement est le fait d'une seule personne, un trader de 31 ans, qui connaissait bien les procédures de contrôle de la banque. “Ses motivations sont incompréhensibles”, ajoutent-ils, car apparemment il ne s'est pas enrichi personnellement.
Comme l'expliquait Daniel Bouton, le PDG de la Société Générale, le trader “a construit depuis son poste de travail une entreprise dissimulée à l'intérieur de nos salles de marché”. Il a échappé à tous les contrôles, parce qu'il connaissait leur calendrier.
Jean-Pierre Mustier, responsable du pôle banque de financement et d'investissement qui a interrogé le trader incriminé, a expliqué que ce dernier connaissait parfaitement toutes les procédures de contrôle. Au cours du week-end, il a même “collaboré avec nos équipes”. “L'employé qui a commis cette fraude ainsi que toute la ligne hiérarchique de supervision (...) vont quitter le groupe”, a indiqué Daniel Bouton, ce qui concerne “quatre à cinq personnes”. C'est la justice qui va prendre le relais.

Dans l'immédiat, pour parer au plus pressé, la Société Générale a dû lancer une augmentation de capital de 5,5 milliards d'euros, afin de renforcer ses fonds propres.

C'est en tout cas la plus grosse fraude de l'histoire bancaire, après la banqueroute de la Barings, en 1995 -- Nick Leeson n'avait fait perdre “que” 1,4 milliard de dollars (voir encadré).

Guillaume Gaven avec agences

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.