Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo En 1982, Mitterrand voulait déjà la fin des cotisations familiales payées par les entreprises

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
INA
Article rédigé par
France Télévisions

Un autre François, président de la République lui aussi, s'était posé la question de la charge des allocations familiales sur les entreprises, lors d'un discours en novembre 1982

François Hollande a annoncé mardi 14 janvier, lors de sa conférence de presse, la fin des cotisations familiales payées par les entreprises et les travailleurs indépendants d'ici à 2017, dans le cadre d'un "pacte de responsabilité". Ce qui représente 30 à 35 milliards d'euros de charges sociales en moins.

Un autre François, président de la République lui aussi, s'était posé la question de la charge des allocations familiales sur les entreprises. "Les allocations familiales, est-il normal que les entreprises en supportent le poids ? Ce qui résulte, c'est vrai, d'une longue tradition française", avait dit François Mitterrand en novembre 1982 à Marseille (Bouches-du-Rhône). "N'est-ce pas plutôt l'affaire de la Nation dans son ensemble que de concevoir et de soutenir une grande politique familiale", avait ajouté le chef de l'Etat d'alors. François Mitterrand avait demandé à son Premier ministre, Pierre Mauroy, la mise en œuvre d'une réforme pour la session parlementaire de 1983.

Dans sa déclaration, François Mitterrand pensait déjà à l’allègement pour les entreprises : "Dans la réalité, nombreux sont les entrepreneurs qui se réjouissent d'une telle initiative". Aujourd'hui les Français sont favorables en majorité à la suppression des cotisations familiales payées par les entreprises, selon un sondage Tilder/LCI/OpinionWay publié mercredi 15 janvier. Parmi les personnes interrogées dans le cadre de ce sondage, 54% sont favorables à ce que les entreprises et les travailleurs indépendants cessent de payer des cotisations familiales d'ici 2017 contre 45% qui sont d'un avis contraire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.