Envoyé spécial, France 2

VIDEO. Inventer, exagérer, scénariser : les trois "astuces" d'un DRH pour licencier des employés irréprochables

En vingt-deux ans, il aurait licencié près de mille salariés. A ne pas manquer dans "Envoyé spécial", la confession sans fard d'un DRH de multinationales. Pour la première fois, Didier Bille témoigne des redoutables méthodes qu’il a employées pour mettre la pression aux salariés. Extrait.

Voir la vidéo

Comment se débarrasser d'employés parfois irréprochables pour satisfaire aux exigences de certaines entreprises ? Dans "Envoyé spécial" le 8 mars, un DRH aux méthodes extrêmes livre ses confessions.

Didier Bille a été pendant vingt-deux ans directeur des ressources humaines dans des filiales françaises de multinationales anglo-saxonnes. Aujourd'hui, il a décidé de raconter à "Envoyé spécial" les méthodes qu'il employait pour pousser des salariés vers la sortie, sans motif valable. Dans cet extrait, il dévoile trois de ses "astuces".

Première solution : inventer un dossier de toutes pièces. "Vous n'avez rien, mais vous allez tout imaginer." Seule contrainte : "Il faut que ce soit un peu crédible par rapport au poste de la personne." Une méthode radicale mais "pas fréquente".

250 licenciements sans raison… autre que la "raison d'entreprise"

Deuxième "astuce" : exagérer, c'est-à-dire monter en épingle un fait mineur, mais qui repose sur un élément factuel, de façon à justifier un licenciement. Exemple : suggérer à "un manager qui doit licencier quelqu'un" d'exhumer un mail envoyé à un salarié, même des mois auparavant, pour lui signaler une erreur insignifiante. Le mail sera sorti de son contexte pour "expliquer, dans la lettre de licenciement, à quel point cette erreur [...] a porté atteinte à l'image de l'entreprise, a décrédibilisé [son] offre auprès de [ses] partenaires et clients, et qu'en conséquence, [l'entreprise ne peut] pas continuer à travailler avec cette personne".

Troisième solution : scénariser, soit "prendre des éléments qui n'ont strictement aucun lien entre eux, les agencer dans le sens que vous voulez, comme un puzzle, créer une histoire […] qui va vous permettre de licencier le salarié".

Des licenciements de ce type, Didier Bille en avoue 250. Des licenciements sans raison "autre que la raison d'entreprise, [qui est de] régulièrement faire partir les gens, ne pas donner de deuxième chance, ne pas dépenser de l'argent en formation […]. Ça va beaucoup plus vite et c'est beaucoup moins cher de le faire partir sous n'importe quel prétexte et de le remplacer par quelqu'un d'autre."

Extrait de "'L'exécuteur' : confessions d'un DRH", à voir dans "Envoyé spécial" le 8 mars 2018.

A paraître le 15 mars aux éditions du Cherche-Midi, le témoignage de Didier Bille : DRH : la machine à broyer.