Cash Investigation, France 2

VIDEO. Cash Investigation. Dans les coulisses d'une assemblée générale houleuse chez Sanofi

La prime de "bienvenue" de 4 millions d’euros du nouveau patron de Sanofi a semé le trouble alors que des milliers d’emplois étaient supprimés dans l'entreprise. Pour "Cash Investigation", Elise Lucet a pu assister à une assemblée générale du groupe en 2014. Elle y interpelle le patron de l’époque. Extrait.

Sanofi a défrayé la chronique en annonçant en février 2015 l’arrivée d’un nouveau patron, Olivier Brandicourt, dont la nomination s'accompagnait d’une "prime de bienvenue" de 4 millions d’euros. Une prime octroyée avant même sa prise de fonctions. En apprenant la nouvelle, plusieurs ministres en ont appelé à la morale.

Ce bonus est mal passé, notamment à Toulouse, où le site a payé un lourd tribut au plan de réorganisation, qui s'est soldé par une réduction d’effectifs : de 614 employés, on est passé à 250.

En mai 2014, les équipes de "Cash Investigation" étaient déjà sur la piste des impressionnantes rémunérations des patrons du groupe pharmaceutique. Elise Lucet a pu assister à une assemblée générale d’actionnaires pour le moins houleuse. Moment de tension quand un actionnaire invective les dirigeants du groupe : "Vous gagnez 24 000 euros par jour. Vous vous engraissez sur le dos des salariés ! 24 000 euros, c’est un an de salaire pour moi."

"Vous gagnez 508 fois le smic par an"

Elise Lucet prend alors le micro et pose sans détours la question qui est sur toutes les lèvres : "Vous êtes le patron le mieux payé de France. Vous gagnez 508 fois le smic par an. Dans le même temps, les résultats de Sanofi baissent et il y a des milliers de suppressions de postes. Cette rémunération n’est-elle pas déplacée ?"

"Cash Investigation" révèle aussi le montant du parachute doré touché par l’ex-patron du groupe, Christopher Viehbacher : 5 millions d’euros. Sous sa direction, Sanofi a supprimé en France près de 5 000 emplois.