Cet article date de plus de neuf ans.

Vers une suppression de 600 à 700 postes à la Société générale ?

Selon les syndicats, la banque a évoqué plusieurs prijets de réorganisation, dans le cadre de ses réductions de coûts. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des employés de la Société générale pénètrent dans les bureaux de La Défense, le 13 février 2013 à Paris.  (CHRISTOPHE ENA / AP / SIPA)

La Société générale envisage de supprimer des centaines d'emplois en France, "dans les services centraux parisiens". C'est ce qu'ont assuré, vendredi 5 avril, des sources syndicales, évoquant une fourchette de 600 à 700 postes donnée par la direction.

Selon ces sources, la direction de la banque a rencontré les organisations syndicales le 3 avril pour évoquer différents projets de réorganisation, dont "le regroupement de quatre pôles en deux" dans le quartier de la Défense, près de Paris, dans le cadre de ses réductions de coûts. Les sources ont précisé que 50 à 100 postes pourraient être recréés en dehors de France dans le cadre de ce projet.

Un projet "pas finalisé"

La direction a réagi vendredi après-midi. Dans un courrier électronique, une porte-parole de Société générale a indiqué qu'il était "prématuré de communiquer précisément sur les projets de réorganisation à l'étude". "Dans les cas où les réorganisations auraient des conséquences sur l'emploi en France, le groupe s'est engagé à recourir prioritairement à la mobilité interne et aux départs volontaires si nécessaire, en s'appuyant sur les mesures d'aides prévues mais sans départ contraint", a-t-elle ajouté.

"Il y a eu une rencontre, la direction a listé un certain nombre de projets mais n'a pas évoqué les conséquences pour l'emploi. On n'en est pas à comptabiliser, il n'y aura pas de chiffrage avant le dernier trimestre 2013", a de son côté déclaré Michel Marchet, représentant de la CGT à la Société générale. Selon une autre source syndicale, la direction a effectivement "tracé les grandes lignes de projet" mais celui-ci n'est "pas [encore] finalisé".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Entreprises

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.