Cet article date de plus de huit ans.

Veolia : "supputations" et "manipulations" selon Borloo

L'ex-ministre de l'Ecologie a démenti les informations le présentant comme possible successeur d'Antoine Frérot à la tête du groupe. Nicolas Sarkozy a lui qualifié d'"absurde" l'hypothèse de l'intervention de l'Elysée.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ancien ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo, le 2 septembre 2011 à Jouy-en-Josas (Yvelines). (CHARLES PLATIAU / REUTERS)

Des "supputations" et des "manipulations". Jean-Louis Borloo, a démenti en ces termes lundi 20 février auprès de l'AFP des informations de presse le présentant comme le possible successeur d'Antoine Frérot à la tête du groupe Veolia Environnement. L'ex-ministre de l'Ecologie parle également d'une volonté "de nuire""Comme je l'ai toujours indiqué, mon calendrier aujourd'hui reste exclusivement politique. Je confirme d'ailleurs que je n'ai pas décidé de mettre un terme à ma carrière politique et reste concentré sur la construction d'un avenir pour la France", a ajouté le président du Parti radical en affirmant qu'"aucune rumeur ne (le) fera dévier".

Selon Les Echos et Libération dans leurs éditions du 20 février, Antoine Frérot, le PDG du spécialiste de l'eau, de la gestion des déchets et des transports auprès des collectivités locales et entreprises, serait sur le point d'être débarqué et pourrait être remplacé prochainement par Jean-Louis Borloo. Ce changement aurait lieu au terme d'une offensive lancée en coulisses par le patron d'EDF, Henri Proglio, et appuyée par le conseiller de Nicolas Sarkozy, Alain Minc.

Libération annonce en outre que le chef de l'Etat serait intervenu lui-même dans ce dossier, espérant en tirer un ralliement ferme de l'ancien ministre de l'Environnement dans la course à la présidentielle. Dimanche soir, EDF et Veolia se refusaient à tout commentaire. Pour sa part, Nicolas Sarkozy a qualifié d'"absurde" lundi matin l'hypothèse de l'intervention de l'Elysée.

NKM évoque "des rumeurs de presse"

Henri Proglio, ancien patron de Veolia et aujourd'hui accusé d'orchestrer la succession d'Antoine Frérot, estime lui que le groupe "mérite mieux que ces flots de rumeurs politiques".

Interrogée lundi sur l'éventuelle arrivée de Jean-Louis Borloo à la tête de Veolia, Nathalie Kosciusko-Morizet, porte-parole de la campagne de Nicolas Sarkozy et actuelle ministre de l'Ecologie, a affirmé lundi matin sur i-Télé qu'elle ne savait rien et qu'il s'agissait de "rumeurs de presse".

FTVi / iTélé
 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.