Cet article date de plus de neuf ans.

Une dirigeante historique de Google prend les rênes de Yahoo!

A 37 ans, Marissa Mayer aura pour objectif de redresser le pionnier déchu de l'internet, qui n'a pas réussi à se réinventer après avoir perdu la bataille contre Google sur le terrain des moteurs de recherche.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La nouvelle directrice générale de Yahoo!, Marissa Mayer, assiste à une soirée donnée par le magazine "Details", le 20 mars 2008 à Beverly Hills (Californie, Etats-Unis). (CHRIS WEEKS / WIREIMAGE / GETTY IMAGES)

"Quand elle a voulu faire le cupcake parfait, elle a fait un tableau des ingrédients pour déterminer la recette". Ceux qui la connaissent, à l'instar de l'expert en haute technologie Danny Sullivan, assurent que son approche de la pâtisserie donne une bonne idée de la personnalité de Marissa Mayer. Celle qui fut la première femme ingénieure chez Google prend, mardi 17 juillet, la direction générale de Yahoo!, un des principaux concurrents de Google.

A 37 ans, Marissa Mayer devrait garder sa méthode éprouvée pour redresser le pionnier déchu de l'internet, qui n'a pas réussi à se réinventer après avoir perdu la bataille contre Google sur le terrain des moteurs de recherche.

Cette passionnée de mode a fait preuve de ses talents d'ingénieure dès ses années de lycée, quand le gouverneur du Wisconsin l'a choisie pour représenter l'Etat dans une convention nationale de jeunes scientifiques. Elle s'est ensuite spécialisée dans des travaux sur l'intelligence artificielle à l'université Stanford, celle-là même où Larry Page et Sergey Brin préparaient un doctorat avant de fonder Google en 1998. Un an plus tard, elle devenait la 20e employée de cette jeune pousse, et sa première femme ingénieur.

"Une décision assez facile à prendre"

"Depuis son arrivée à Google il y a treize ans (...), Marissa s'est fait sans relâche l'avocat de nos utilisateurs", a souligné le patron de la firme, Larry Page, dans un communiqué. "Ses talents nous manqueront à Google". Dans un entretien au New York Times (article en anglais), de son côté, Mayer assure que cela a été "une décision assez facile" de passer chez Yahoo!, qui reste selon elle "une des meilleures marques de l'internet".

Ces derniers temps, cette ingénieure était chargée de la géolocalisation chez Google, y compris la cartographie avec Street View et les critiques de restaurants avec le service Zagat, dont elle aurait piloté le rachat l'an dernier. Elle est créditée d'avoir lancé plus de cent produits et fonctionnalités, notamment le service d'informations Google News et la messagerie Gmail. On lui prête une grande influence dans la conception dépouillée de la page d'accueil du moteur de recherche Google, et de ce qui constitue l'identité la plus visible du groupe pour les internautes.

Une des 50 femmes les plus puissantes au monde

A l'intérieur du groupe de Mountain View, Marissa Mayer avait aussi fondé un programme de "responsable produit associé" visant à embaucher des centaines de jeunes diplômés en informatique prometteurs, dans l'idée de les former à des fonctions de direction.

L'an dernier, la jeune femme avait été distinguée par le magazine Fortune parmi les "40 personnes de moins de 40 ans" à surveiller dans le monde des affaires, aux côtés de Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, et de Larry Page, son patron. Depuis quatre ans, Fortune la classe aussi parmi les cinquante femmes les plus puissantes du monde des affaires. 

Marissa Mayer, qui avait organisé chez elle à Palo Alto un dîner de levée de fonds pour la campagne de Barack Obama en octobre 2010, a été nommée en avril au conseil d'administration du géant de la distribution Wal-Mart. Cette passionnée de mode a également été élue "femme de l'année" du magazine Glamour en 2009. Mardi 17 juillet, jour de sa prise de fonctions, elle a annoncé sur son compte Twitter qu'elle était enceinte.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Entreprises

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.