Cet article date de plus de sept ans.

Un vol sur deux devrait être annulé dès mardi en raison d'une grève

Un appel à la grève des contrôleurs aériens de l'aviation civile va perturber le ciel entre mardi et jeudi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
A l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, le 24 décembre 2012. (GUILLAUME BONNEFONT / MAXPPP)

Attention si vous comptez prendre l'avion la semaine prochaine. La direction générale de l'aviation civile (DGAC) a demandé aux compagnies aériennes de réduire leur programme de vols de 50% sur la période du mardi 11 juin au jeudi 13 juin, en raison d'un appel à la grève des contrôleurs aériens de l'aviation civile. La DGAC ont fait cette demande "sur les aéroports Roissy - Charles de Gaulle, Orly, Beauvais, Lyon, Nice, Marseille, Toulouse et Bordeaux", selon un communiqué.

Les syndicats français membres de la Fédération Européenne des travailleurs des Transports (ETF) ont lancé vendredi 7 juin un appel à la grève des contrôleurs aériens de l'aviation civile (DGAC) le 12 juin pour dénoncer les projets de la Commission européenne de libéralisation du secteur. Ce préavis de grève est déposé par les syndicats représentatifs de la Direction générale de l'aviation civile (CGT,CFDT,UNSA et FO) en coordination avec d'autres syndicats de pays européens membres de l'ETF.

Le syndicat autonome des contrôleurs du trafic aérien, le SNCTA, appelle pour sa part à la grève du 11 au 13 juin. Selon l'USAC-CGT, premier syndicat de la DGAC, "les futurs règlements européens concernant la navigation européenne sont une attaque directe contre le caractère de service public de ce secteur d'activité". Ils visent notamment "à externaliser et à mettre en concurrence des pans entiers de la gestion de la navigation aérienne", estime le syndicat. "Un impact négatif sur la sécurité et une dégradation des conditions de travail des agents seront la probable conséquence de ces externalisations."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.