Pouvoir d'achat : les salariés de Leroy Merlin et Decathlon demandent à être augmentés

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Article rédigé par
S.Lanson, L.Campisi, J-L.Douchet, T.Guery, A.Morvan, France 3 Lille, A.Brodin - France 3
France Télévisions

La question du pouvoir d'achat s'impose progressivement dans les entreprises. Les patrons de Leroy Merlin et Decathlon, notamment, sont sous pression afin de faire augmenter les salaires de leurs employés. 

Beaucoup n'avaient jamais fait grève de leur vie. Depuis jeudi, des salariés de l'entreprise Leroy Merlin filtrent les accès à leur entrepôt de région parisienne. Ils jugent les négociations salariales annuelles inadmissibles. La direction a mis sur la place une hausse générale de 2% des salaires, inférieure à l'inflation. "Concrètement on va perdre du pouvoir d'achat cette année, et ce n'est pas tolérable de dire à nos collaborateurs : 'Vous avez créé de la richesse […], on fait 9 milliards, mais on a des travailleurs pauvres'", estime Imane Haddache, représentante CGT Leroy Merlin. 

Mêmes revendications chez Decathlon

Les syndicats demandent un meilleur partage, une revalorisation minimum de 80 euros. Beaucoup gagnent 1 400 euros nets par mois, avec des factures qui grimpent. Au total la semaine dernière, quatre entrepôts et plusieurs magasins se sont mobilisés. La direction poursuit les négociations, mais assure être déjà l'une des plus généreuse sur le marché. Du centre à l'est de la France, les salariés de Decathlon sont également en grève. Les syndicats ont mis la pression avant même les négociations salariales annuelles. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.