Renault : Carlos Ghosn reste PDG

La garde à vue de Carlos Ghosn au Japon a été prolongée de 10 jours. En attendant, le numéro deux de Renault, Thierry Bolloré assurera l'intérim.

France 3

Carlos Ghosn dort dans une cellule individuelle dans une prison japonaise. Le tribunal de Tokyo a prolongé mercredi 21 novembre sa garde à vue de 10 jours pour fraude fiscale, selon les grands médias japonais. L'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, premier constructeur automobile mondial, est plus fragile que jamais. Sur le plan politique, côtés français et japonais, on se veut rassurant : il n'y aura pas de divorce.

De lourdes charges

Mais rien n'est moins sûr. Aujourd'hui, Renault possède 43% de Nissan et Nissan seulement 15% de Renault, alors que le chiffre d'affaires du Japonais pèse deux fois plus lourd que celui du Français. Cette crise pourrait donc tout modifier au profit de Nissan. En attendant, sur tous les continents, les usines du groupe continuent à produire. Mardi, le Conseil d'administration de Renault a maintenu Carlos Ghosn à son poste de PDG tout en désignant un nouveau directeur général provisoire, Thierry Bolloré, qui promet d'assurer la continuité. Bercy a assuré hier que Carlos Ghosn n'avait pas fraudé le fisc français, mais au Japon, les charges qui pèsent contre lui sont passibles de 10 ans de prison et de 78 000 euros d'amende.

Le JT
Les autres sujets du JT
Carlos Ghosn en février 2014.
Carlos Ghosn en février 2014. (ERIC PIERMONT / AFP)