Impôts : l’exil fiscal légal des grands patrons français

Plusieurs patrons du CAC 40 ne sont pas domiciliés fiscalement en France, et ce tout à fait légalement grâce à des conventions entre États.

Voir la vidéo
France 2

Le gouvernement français revendique de traquer l'exil fiscal, et Emmanuel Macron a assuré qu'il fera tout pour que les patrons du CAC 40 paient leurs impôts en France. Une entreprise qui pourrait s'avérer plus compliquée que prévu, à cause de conventions internationales. Ainsi, plusieurs dirigeants d'entreprises françaises sont fiscalement domiciliés à l'étranger, à l'image de Carlos Ghosn qui paie ses impôts aux Pays-Bas.

Des statuts difficiles à modifier

Pour les autres, Patrick Drahi PDG d'Altice serait domicilié en Suisse. Celui de Schneider Electric est installé quant à lui à Hong-Kong, un choix justifié par les activités de l'entreprise en Asie en grande majorité. Toutes ces situations sont légales, car un patron français qui vivrait à l'étranger plus de six mois par an peut y devenir imposable. Ceci est le résultat de conventions entre États, et sur lesquelles il serait compliqué de revenir.

Le JT
Les autres sujets du JT
Patrick Drahi, fondateur du groupe de médias et télécoms Altice, dont SFR Group est une filiale, à Paris, le 7 novembre 2016.
Patrick Drahi, fondateur du groupe de médias et télécoms Altice, dont SFR Group est une filiale, à Paris, le 7 novembre 2016. (MARTIN BUREAU / AFP)