Arrestation de Carlos Ghosn : Nissan veut trouver un nouveau PDG au groupe automobile

Après l'arrestation de Carlos Ghosn, soupçonné de fraude fiscale, l'action en bourse de Renault a chuté de plus de 8%. Les syndicats du constructeur automobile s'inquiètent. Les précisions de David Boéri.

France 3

Lundi 19 novembre, Carlos Ghosn, PDG de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, a été arrêté à Tokyo (Japon), soupçonné de fraude fiscale. L'action en bourse du constructeur français a chuté de 8% et les syndicats de Renault s'inquiètent. Le journaliste David Boérie apporte son éclairage sur l'affaire. "Le conseil d'administration de Renault précise ce soir [lundi 19 novembre] qu'il va se réunir au plus vite, indique le journaliste. Mais la question de la succession de Carlos Ghosn se pose déjà "à la tête de Renault et surtout à la tête de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi".

Concilier les intérêts français et japonais

En sauvant Nissan de la faillite, Carlos Ghosn avait toute la légitimité jusque-là pour incarner cette coopération franco-japonaise. "Nommer rapidement un successeur s'annonce délicat parce que les actionnaires japonais réclament depuis années plus de poids dans cette alliance", conclut David Boéri. Il reste donc à trouver un nouveau PDG et un accord capable de concilier les intérêts français et japonais.

Le JT
Les autres sujets du JT
Carlos Ghosn quitte le palais de l\'Elysée le 11 juin 2014.
Carlos Ghosn quitte le palais de l'Elysée le 11 juin 2014. (THOMAS SAMSON / AFP)