Salaires des grands patrons : vers un plus grand pouvoir des actionnaires ?

L'Assemblée nationale a adopté en commission un amendement qui accorde un droit de véto aux assemblées d'actionnaires notamment concernant la rémunération du PDG.

FRANCE 2

Après les polémiques sur les salaires de Carlos Ghosn chez Renault ou de Carlos Tavares pour PSA, les députés socialistes ont décidé de réagir et vont déposer un amendement à l'Assemblée. Une initiative soutenue par François Hollande. Le but : renforcer les pouvoirs des actionnaires. Dans les grands groupes, seuls les actionnaires pourraient valider la rémunération d'un patron.

Une modération des rémunérations des PDG

En clair, un conseil d'administration ne pourra plus passer en force comme ça a été le cas il y a quelques jours chez Renault. Pour les députés, il est grand temps que les règles changent. "C'est tout simplement pour que l'Assemblée générale soit souveraine. C'est le lieu de la démocratie, là où s'exprime la voix des actionnaires donc des propriétaires des entreprises. C'est à eux de déterminer la rémunération du patron", explique Sébastien Denaja, député PS. Le PDG de Total s'est dit opposé à l'intervention de l'État sans quoi les sièges quitteront la France. Le texte sera discuté à la fin du mois à l'Assemblée nationale.

Le JT
Les autres sujets du JT
Carlos Tavares, directeur général délégué aux opérations de Renault, à Pont-l\'Abbé (Finistère), le 18 décembre 2012.
Carlos Tavares, directeur général délégué aux opérations de Renault, à Pont-l'Abbé (Finistère), le 18 décembre 2012. (FRED TANNEAU / AFP)