General Electric : promesses tenues ?

Les dirigeants du géant de l'énergie américain étaient reçus ce 16 octobre à Bercy, après l'annonce de leur plan social sur le site de Grenoble.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Bras de fer ce soir, 16 octobre, entre la direction de General Electric et Bercy. Le géant américain s'était engagé à créer 1 000 emplois en trois ans en France. Promesse faite au moment du rachat de la branche Energie d'Alstom. Mais General Electric va supprimer 345 postes sur le site de Grenoble (Isère). Les salariés sont désabusés.

50 000 euros de pénalité

La direction est menacée de 50 000 euros de pénalité par emploi non créé. Pour les syndicats, cette sanction ne changera pas la donne. "Pour eux, il n'y a aucun danger de ne pas créer ces emplois", estime Nadine Boux, déléguée CFE-CGC. La direction, elle, justifie la suppression des 345 postes de Grenoble par la chute du chiffre d'affaires de l'activité hydroélectricité. Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, affirme lui que General Electric devra tenir cet engagement.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des salariés d\'Alstom devant le site de Belfort, en septembre 2016. Image d\'illustration.
Des salariés d'Alstom devant le site de Belfort, en septembre 2016. Image d'illustration. (SEBASTIEN BOZON / AFP)