Quand le prêt participatif remplace les banques

Un chef d'entreprise a pu développer son entreprise à l'aide de prêts de particuliers, sa banque ayant refusé de l'aider. Les explications de France 3.

France 3

Huit ans après avoir créé son entreprise, Adrien Gazeau écoule un millier de paniers par semaine et emploie une dizaine de salariés. Son projet ? Créer des structures identiques ailleurs en France, sous forme de franchises, mais les banques refusent de lui prêter les sommes nécessaires. "Cette enveloppe de 40 000 euros n'a pas été financée par les banques", explique le dirigeant de Bio Culture. Adrien s'est donc tourné vers Finsquare, une entreprise de prêts participatifs. L'argent est débloqué en quinze jours et permet de créer un manuel de procédure pour les futurs franchisés.

Un taux à 7,5%

Les particuliers qui apportent des fonds peuvent choisir entre différents projets. Les prêts sont du court terme, destinés à de petites entreprises de moins de 10 salariés. En 18 mois d'existence, 3 000 prêteurs ont été séduits. "Pour certains, il y a une approche qui est émotionnelle -financer des entreprises qui sont près de chez eux, et pour d'autres, la motivation est de percevoir un intérêt qui est de 7,5% en moyenne", explique Polexandre Joly, le président de Finsquare.

Le JT
Les autres sujets du JT