Pourquoi l'UFC attaque Free Mobile en justice

L'association de consommateurs accuse l'opérateur téléphonique de négliger la qualité de son réseau 3G. 

Free Mobile a dépassé le cap des 5 millions d\'abonnés en janvier 2013. 
Free Mobile a dépassé le cap des 5 millions d'abonnés en janvier 2013.  (SIMON DAVAL / MAXPPP)

C'est un nouveau caillou dans la chaussure de Free Mobile. L'UFC-Que Choisir a annoncé, jeudi 17 janvier, qu'elle portait plainte contre le quatrième opérateur de téléphonie mobile, accusé par l'association de consommateurs d'entretenir la mauvaise qualité de son internet sur réseau 3G pour des raisons financières. Francetv info fait le point sur les raisons et les conséquences de cette action en justice. 

Pourquoi l'UFC porte-t-elle plainte contre Free ?

L'UFC-Que Choisir veut poursuivre Free Mobile pour "pratiques commerciales trompeuses", après avoir démontré dans une étude des problèmes de qualité de service du réseau 3G de l'opérateur. L'étude technique, jusque-là inédite, "met en évidence le manque criant de qualité des services 3G de Free Mobile en itinérance" et pointe "le décalage entre le service promis et la réalité de l’Internet mobile pour les abonnés". 

Des vidéos qui tardent à se lancer, des téléchargements qui échouent... Concrètement, l'UFC accuse Free Mobile de "décourager la consommation de données [internet mobile] pour éviter de payer à Orange [à qui il loue le réseau] une trop grande quantité de données".

Que répond Free Mobile à ces accusations ?

"On ne recrute cinq millions d'abonnés qu'avec un service au meilleur niveau", balaye le patron de Free, Xavier Niel, dans un entretien au Figaro (article payant). Et s'il veut bien admettre que "sur le streaming vidéo et certains téléchargements en Ile-de-France aux heures de pointe, il y a pu avoir des débits insuffisants", Xavier Niel affirme que les conclusions de l'UFC sont obsolètes : "Nous avons déjà fait beaucoup depuis les mesures contestables d'UFC, qui datent de l'an dernier."

Quelles conséquences pour Free après la plainte de l'UFC ?

Au-delà des suites judiciaires qui vont découler de la plainte de l'UFC, Free Mobile s'offre d'ores et déjà un mauvais coup de pub. Un de plus.

Jeudi 10 janvier, l'émission "Envoyé Spécial" sur France 2 avait déjà épinglé la qualité du réseau mobile de Free. Essais de terrain à l'appui, les journalistes montraient notamment qu'à la même heure et au même endroit, un abonné Free Mobile bénéficiait d'un débit beaucoup plus lent qu'un abonné Orange.