Paris : des militants d'Attac repeignent La Samaritaine pour "dénoncer l’enrichissement des milliardaires pendant la crise sanitaire"

La cible principale d'Attac est Bernard Arnault, première fortune de France, PDG du groupe LVMH, dont le portrait est affiché sur les banderoles.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des passants devant le magasin La Samaritaine peu après sa réouverture, à Paris, le 26 juin 2021. (MAXPPP)

"Argent sale", "Le Gang des Profiteurs – Faisons payer les #ProfiteursDeLaCrise". Une trentaine d'activistes Attac ont déployé, samedi 3 juillet, une banderole géante et lancé de faux billets devant le siège du groupe LVMH. Ils ont aussi projeté de la peinture noire sur les vitrines du magasin La Samaritaine, juste en face. Propriété du LVMH depuis 2001, il a rouvert ses portes le 23 juin après 16 ans d'un chantier colossal.

La cible principale d'Attac est Bernard Arnault, première fortune de France, PDG du groupe LVMH, dont le portrait est affiché sur les banderoles. Dans un communiqué, Attac explique qu'elle entend "dénoncer l'enrichissement indécent des milliardaires pendant la crise sanitaire, avec la complicité du gouvernement, particulièrement celui de Bernard Arnault, troisième fortune mondiale"

>> Les milliardaires français ont-ils augmenté leur capital de 55%, comme l'affirme le député LFI Adrien Quatennens ?

"Malgré la crise, les entreprises du CAC 40 ont versé 51 milliards d'euros à leurs actionnaires, soit une augmentation de 22 % des dividendes en 2020. (...) Il est inconcevable de vouloir faire payer la crise aux plus fragiles, pendant que les grandes entreprises versent des dividendes records, et que les milliardaires s'enrichissent à un rythme insensé", précise dans ce communiqué Raphael Pradeau, porte-parole d'Attac.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Entreprises

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.